Société

Faut-il rémunérer les stages dès le premier jour?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace vendredi 25 avril 2014 à 11:42

faut-il rémunérer les stagiaires ?
faut-il rémunérer les stagiaires ? © Maxppp

Les sénateurs examinent ce lundi une proposition de loi sur l'encadrement des stages. Elle avait suscité la polémique lors du passage à l'Assemblée Nationale.

Retrouvez l'interview en intégralité du président de la CGPME dans le Haut-Rhin, Gérard Stimpflin 

Retrouvez l'interview en intégralité de la présidente de l'Unef à Strasbourg, Flavie Linard

Selon les estimations, 1,2 à 1,6 million de collégiens, de lycéens et d'étudiants feraient des stages chaque année en France. Des abus sont régulièrement dénoncés. Certaines entreprises utilisent "des stagiaires en substitution de salariés" ou leur imposent "des conditions d'activité défavorables" , note ainsi la députée du groupe Socialiste Républicain et Citoyen, Chaynesse Khirouni. Sa nouvelle proposition de loi s'efforce de mettre en oeuvre la promesse de campagne François Hollande de lutter contre les abus, sans "tarir les offres de stages".

Pas de hausse de la rémunération

Les députés ont déjà voté le texte qui arrive ce lundi au Sénat. Plusieurs mesures sont annoncées. Le temps de présence des stagiaires ne pourra ainsi plus être supérieur à celui des salariés. Ils ne pourront se voir confier des tâches dangereuses. Le nombre des stagiaires devrait être limité par entreprise et par formateur. Les stagiaires auront droit aux tickets restaurants et à une prise en charge partielle des frais de transports, ont aussi voté les députés.

La gratification, qui restera obligatoire pour les seuls stages dépassant deux mois, sera due dès le premier jour aux stagiaires concernés. Elle s'élève à 436 euros par mois. Selon la CGT, 69% des stages ne sont pas indemnisés (81% dans la fonction publique). Enfin les contrôles pour vérifier que le statut du stagiaire est bien respecté devrait être accrus. Le nombre de stages en France a triplé en 10 ans.

Un texte avec "effet dissuasif" pour les patrons

"Jusqu'à présent ça fonctionnait très bien, pourquoi ne pas laisser les choses telles qu'elles étaient avant?" s'interroge le président de la CGPME dans le Haut-Rhin, Gérard Stimpflin. "On crée des règles pour des cas particuliers." Selon le patron des petites et moyennes entreprises dans le département, si le statut des stagiaires se rapproche de celui des salariés, l'effet sera dissuasif pour les patrons.

Un effet pervers qu'admet la présidente de l'Unef à Strasbourg, l'union nationale des étudiants de France. Mais pour Flavie Linard, les règles sont importantes "pour éviter les stages photocopieuse café". "Il faut revoir le stage comme formation pour les jeunes, et pas comme outil d'insertion profesionnelle."

La nouvelle proposition de loi sur les stagiaires - Aucun(e)
La nouvelle proposition de loi sur les stagiaires