Société

Faut-il renforcer la formation pour le permis de conduire?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace lundi 7 avril 2014 à 12:00

Voitures auto école en Drôme Ardèche - Archives
Voitures auto école en Drôme Ardèche - Archives © Stéphane Milhomme - Radio France

Une commission qui planche sur la réforme du permis de conduire doit remettre ses conclusions ce mercredi au nouveau ministre de l'Intérieur. L'objectif est double: raccourcir le délais pour passer le permis et faire baisser les accidents chez les jeunes.

Retrouvez l'interview en intégralité de Patrick Gosset, de l'union nationale intersyndicale des enseignants de la conduite

Le projet doit être présenté ce mercredi au ministre de l'Intérieur, mais nos confrères d'Europe 1 en dévoilent déjà les grandes lignes. Le projet de réforme du permis de conduire permettrait de raccourcir les délais pour passer l'examen, mais aussi d'instaurer des mesures pour faire baisser l'accidentalité des jeunes conducteurs.En ce qui concerne le délais d'attente pour passer l'examen, un recours à des inspecteurs du permis à la retraite serait envisagé. En Alsace, il n'y a pas de délais pour les jeunes conducteurs qui passent le permis pour la première fois selon Patrick Gosset, il représente en Alsace l'union nationale intersyndicale des enseignants de la conduite. En cas d'échec, il faut attendre deux à cinq mois en hiver, quelques semaines seulement en ce moment.

Une formation continue de 2 ans pour les jeunes conducteurs

Pour faire baisser l'accidentalité chez les jeunes, une formation continue sur deux ans serait mise en place. Elle prévoit notamment une heure de conduite pour vérifier que les jeunes n'ont pas pris de mauvaises habitudes, trois heures de sensibilisation aux sorties en boites de nuit, à la somnolence, aux drogues...

Le permis serait annulé si le jeune conducteur ne se présente pas à ces rendez-vous. Cette formation continue qui est déjà en place en Autriche par exemple ne serait pas gratuite. Elle viendrait donc augmenter le coût du permis de conduire qui coûte déjà 1.200 à 2.000 euros. "Ce surcoût est jugé avec un affect disproportionné" , estime Patrick Gosset. "Surtout quand on le compare avec le prix de l'assurance. Un continuum éducatif est nécessaire pour tous les conducteurs, mais c'est encore plus important pour les jeunes, c'est le moment où l'apprentissage doit bien pénétrer."

Partager sur :