Société

Faut-il supprimer la journée de la femme?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace mercredi 5 mars 2014 à 11:14

Manifestation pour les droits des femmes 2011
Manifestation pour les droits des femmes 2011 © Maxppp

Comme chaque année, la journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars. Le thème de cette année: l’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous.

Retrouvez l'interview en intégralité de Bernard Richardet, auteur colmarien

Retrouvez l'interview en intégralité de Catherine Trautmann, eurodéputée socialiste

"Les pays dans lesquels les femmes sont traitées sur un pied d’égalité avec les hommes jouissent d’une meilleure croissance économique" , Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies détaille les arguments pour l'égalité hommes femmes. "Les entreprises qui comptent des femmes parmi leurs dirigeants affichent de meilleurs résultats" , poursuit-il, "les accords de paix qui font intervenir des femmes s’avèrent viables à plus long terme." Avant de conclure: "il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que l’égalité entre les femmes et les hommes est un avantage pour tous. "

10% seulement des têtes de liste sont des femmes dans le Bas-Rhin

En France les chiffres montrent qu'il reste encore du chemin à parcourir. Les femmes sont largement sous-représentées en politique, moins de 27% à l'assemblée nationale. Les élections municipales des 23 et 30 mars prévoient la parité sur les listes. Mais dans le Bas-Rhin par exemple, les femmes têtes de liste sont largement minoritaires, une sur dix environ.

ENRO femmes et listes municipales

"La parité peut être une forme de paresse" , regrette Catherine Trautmann. L'eurodéputée socialiste revient aussi sur sa carrière politique: "j'ai payé cher le fait d'être une femme, les électeurs peuvent douter plus facilement d'une femme."

Dans les entreprises privées, 20% seulement des cadres sont des femmes. Quant au salaire, selon une étude de 2013 de l'observatoire des inégalités, à temps plein, les hommes gagnent 16 % de plus que les femmes. Tous temps de travail confondus, l’écart est de 31 %.

Pas vraiment de recul du sexisme ordinaire

Le "sexisme ordinaire" est aussi toujours très présent dans la société, souligne Bernard Richardet, auteur colmarien, conférencier sur l'égalité hommes femmes, avec "des remarques vulgaires dans la rue, des blagues sur les blondes". Mais les femmes ont leur part de responsabilité dans cette situation, note Bernard Richardet: "Il faut qu'elles arrêtent de dire, je vais plus vite, il faut toujours que je lui dise quoi faire..."

Compte tenu de l'ampleur des inégalités, certaines voix s'élèvent expliquant que la journée de la femme est un remède bien léger face aux problèmes rencontrés. L'observatoire des inégalités note aussi que cette journée se transforme en "galerie commerciale" , avec des offres promotionnelles en tous genres qui renforcent les stéréotypes.

Partager sur :