Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Faute d'adhérents, l'association des incorporés de force pourrait disparaître dans le Haut-Rhin

mardi 7 mars 2017 à 8:24 Par Romane Porcon et Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

L'association des incorporés de force pourrait disparaître dans le Haut-Rhin par manque d'adhérents. Son président Yves Muller veut donner une seconde vie à la structure pour faire perdurer la mémoire des 130.000 Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l'armée allemande en 1942.

Le monument honore la mémoire des Incorporés de Force
Le monument honore la mémoire des Incorporés de Force © Maxppp -

Haut-Rhin, France

L'association des incorporés de force du Haut-Rhin, l'ADEIF 68, n'a presque plus d'adhérents et risque de disparaître. Elle ne compte plus qu'une vingtaine de membres. Son président, Yves Muller, veut la relancer dans le Haut-Rhin pour entretenir la mémoire, ne pas oublier que 130 000 Alsaciens et Mosellans ont été incorporés de force dans l'armée allemande dès août 1942, durant la Seconde Guerre mondiale : 80.000 ne sont pas revenus ou sont revenus dans un piteux état .

Dans dix ou quinze ans, personne ne se souviendra que c'est le 25 août 1942 que l'incorporation de force a été décidée par le Gauleiter Wagner" - Yves Muller, président de l'ADEIF 68.

Pour Yves Muller, il faut à tout prix que l'association se maintienne : "Il faut faire perdurer la mémoire, même si c'est 30 ans après, parce qu'on ne sait jamais ce qu'il peut se produire. Il y a déjà eu des hommes politiques français qui ont dit les camps de concentration, les fours crématoires, c'était des détails de l'histoire." Yves Muller, lui-même incorporé de force, est âgé aujourd'hui de 90 ans. Il souhaite passer le relais pour que cette histoire ne tombe pas dans l'oubli :"On ne se souvient plus. Et puis, dans dix ou quinze ans, personne ne se souviendra que c'est le 25 août 1942 que l'incorporation de force a été décidée par Wagner."

Ouvrir l'adhésion aux descendants

Pour passer le relais, Yves Muller souhaite ouvrir l'adhésion aux descendants des incorporés de force et à leur famille. Il met pour cela un prix d'adhésion modique, de 10 à 15 euros par an. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Le président de l'association des incorporés de force dans le Haut-Rhin espère accueillir plus d'une centaine de nouveaux membres et donner une seconde vie à l'association.