Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de vie : une habitante de Pont-à-Mousson choisit l'euthanasie en Belgique

jeudi 1 mars 2018 à 16:11 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Alors que 156 députés réclament une nouvelle loi sur la fin de vie, Sylvie Richard, une habitante de Pont-à-Mousson atteinte d'une maladie incurable, a entamé les démarches pour une euthanasie en Belgique. Elle nous explique pourquoi.

En France, la loi n'autorise pas l'euthanasie active mais une "sédation profonde" des malades en fin de vie
En France, la loi n'autorise pas l'euthanasie active mais une "sédation profonde" des malades en fin de vie © Maxppp - Xavier de Torrès

Sylvie Richard, 67 ans, souffre d'une maladie incurable. Une carcinose péritonéale qui la condamne à plus ou moins long terme. Peu satisfaite des options de fin de vie proposées au France, cette habitante de Pont-à-Mousson a donc choisi de se tourner vers la Belgique.  

Aujourd'hui, la loi Léonetti autorise une "sédation profonde et continue" pour les malades en fin de vie. "Ça ne me satisfait pas car je trouve que chaque personne est en droit de choisir sa mort",  estime Sylvie Richard. Elle a donc pris les devants et rencontré deux médecins belges en vue d'une euthanasie. "Malgré tout ce qui se dit, ce n'est pas une démarche aussi aisée qu'on le suppose. Il faut répondre à des critères très stricts, explique t-elle. La demande doit être réfléchie et réitérée par le malade, il faut être atteint d'une maladie incurable et que les douleurs physiques et psychologiques deviennent insoutenables".  

Une sérénité retrouvée

La sexagénaire ne sait pas encore si elle ira au bout de sa démarche. Mais, explique t-elle, "le fait de savoir que ma fin de vie peut-être abrégée, qu'elle ne sera pas difficile, ni pour moi ni pour mes proches, m'a apporté une sérénité que je n'avais pas et m'a donné le courage de continuer les traitements". 

Pour la Mussipontaine, il est urgent de légiférer sur le sujet. C'est également l'avis de 156 députés qui ont signé une tribune en ce sens à l'initiative du député du Rhône Jean-Louis Touraine.