Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fêche l'Eglise : la Poste rationne ses boîtes aux lettres

lundi 10 septembre 2018 à 4:16 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

La Poste renouvelle chaque année son parc de boîtes aux lettres. Première "victime" de la rentrée dans le Territoire de Belfort : Fêche l'Eglise dans le sud du département qui a perdu plus de la moitié de ses boîtes jaunes.

 Jean-Bernard Vauthier, adjoint au maire devant l'une des dernières boîtes aux lettres de Fêche l'Eglise.
Jean-Bernard Vauthier, adjoint au maire devant l'une des dernières boîtes aux lettres de Fêche l'Eglise. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Fêche-l'Église, France

Où sont passés les boîtes aux lettres jaunes de la Poste ? A Fêche l'Eglise dans le sud Territoire, sept des onze boîtes jaunes ont été retirés au début du mois de septembre. La Poste renouvelle chaque année son parc. Par soucis de rationalisation, il n'est plus question de faire perdre du temps aux facteurs pour une ou deux enveloppes.   Certaines boîtes sont donc retirer ou déplacer. Il arrive qu'on en installe de nouvelles en cas de nouvelles constructions par exemple. On compte actuellement 133 000 boîtes aux lettres de la Poste en France soit 5 000 de moins par rapport à 2014.

Des personnes âgées déboussolées

A Fêche l'Eglise, 800 habitants, la disparition des boîtes aux lettres jaune perturbe surtout les personnes âgées qui représentent un quart de la population. " Nos anciens, on les chouchoutent. Là, ils ont pris un petit coup. Elles ont souvent des problèmes de mobilité et pour leur faire changer les habitudes, ce n'est pas toujours évident" indique Jean Bernard Vauthier,adjoint au maire. Pour Rita installée rue des Roches, enlever les boîtes jaunes est incompréhensible. " La factrice m'a dit qu'on ne mettait pas assez de courrier dans les boîtes aux lettres. Des fois, elle relevait le courrier et il n'y avait qu'une seule lettre dans la boîte. Mais qu'est ce que ça peut bien leur faire !?" se demande l'octogénaire. "Enlever les boîtes aux lettres, je ne vois pas l'intérêt. C'est du n'importe quoi. Moi, je vais mettre mon courrier à Delle car ici je ne sais même pas si on le relève correctement" ajoute Jeanine, debout dans son jardin, entrain de pendre son linge.

La mairie devant le fait accompli

A Fêche l'Eglise, personne n'a été informé de ce changement. " C'est une société anonyme, ce n'est plus un service public. Automatiquement, on est obligé de subir. On n'a eu aucune information, aucun contact avec la Poste. Je ne vois pas ce qu'à peut coûter de plus de relever le courrier. C'est une question de rationalisation du travail, de soucis de répartition du temps. Maintenant, tout est question de rentabilité dans tous les domaines" s'insurge Jean Bernard Vauthier, adjoint au maire. Du côté de la Poste, on reconnait qu'il y a eu un problème de synchronisation à Fêche l'Eglise. Les boîtes ont été retirées avant que la mairie ne soit informée. Une réunion est d'ailleurs prévue ce mardi en mairie entre des responsables de la Poste et les élus de Fêche l'Eglise.

On ne va pas faire passer le facteur si la boîte est vide - le directeur du courrier à la Poste du Territoire de Belfort

C'est à la suite d'une période d'observation et des remontées des facteurs que ses retraits de boîtes aux lettres sont décidés.  Il arrive aussi qu'elles soient déplacés ou qu'on en installe de nouvelles dans le cas par exemple de la construction d'un nouveau lotissement dans une commune. "Ce renouvellement s'effectue assez régulièrement sur le territoire national tous les ans, voire tous les deux ans, pour voir les évolutions. Dans les territoires ruraux, on a une moyenne d'une boîte pour 200 habitants. On est amené, si certaines ne sont pas du tout utilisées, à faire évoluer notre parc. On ne va pas faire passer le facteur si la boîte est vide" indique Thierry Russo, directeur du courrier à la Poste pour le Territoire de Belfort.