Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars

8 mars : dans la Vienne, plusieurs femmes occupent des postes-clés

-
Par , France Bleu Poitou

Ce lundi 8 mars 2021, journée internationale des droits des femmes, zoom sur la Vienne, ce département où les femmes ont brisé le plafond de verre. Hôpital, université, mairie de Poitiers ou encore présidence d'agglomération, toutes ces fonctions sont aujourd'hui occupées par des femmes.

Dans la Vienne, les femmes occupent des postes-clés dans différents secteurs : de l'Université au CHU à la présidence de l'agglo en passant par la mairie de Poitiers(photod'illustration)
Dans la Vienne, les femmes occupent des postes-clés dans différents secteurs : de l'Université au CHU à la présidence de l'agglo en passant par la mairie de Poitiers(photod'illustration) © Maxppp - Ale Ventura

Elles sont femmes et occupent des postes à haute responsabilité. En ce lundi 8 mars 2021, journée internationale des droits des femmes, on s'intéresse aux femmes puissantes de la Vienne. Ces Poitevines (ou non-Poitevines d'ailleurs) qui ont réussi à se hisser à des postes-clés dans ce département et au-delà. Des femmes aux responsabilités, il y en a eu dans la région par le passé, mais jamais autant en même temps, et pour le coup, en ce domaine, la Vienne fait vraiment figure d'exception cette année. 

CHU, Université, Poitiers ville et agglo...

Et pour s'en rendre compte, il suffit de faire le décompte : Il y a la préfète de la Vienne, Chantal Castelnot, et la rectrice d'académie Bénédicte Robert, mais aussi Anne Costa, nommée directrice générale du CHU de Poitiers en février 2020. Virginie Laval, élue en novembre de la même année à la tête de l'Université de Poitiers. "La première femme à ce poste depuis sa fondation en 1431", juge bon de préciser un article de La Nouvelle République à l'époque.

Entre temps, en août 2020, Françoise Ballet-Blu, passe de suppléante de Jacques Savattier à députée de la première circonscription de Poitiers. Mais surtout, il y a le séisme des municipales en juin : Léonore Moncond'huy, première femme, élue maire de Poitiers. Personne n'avait vu venir la candidate écologiste à ce poste, pas même l'équipe sortante de gauche d'Alain Claeys. Ça ne s'est pas arrêté-là d'ailleurs, puisque Florence Jardin, maire de Migné-Auxances, a pris le fauteuil de la présidence à Grand Poitiers. Encore une femme !

Moins d'égo et plus de sororité

Depuis leur prise de fonction, ces différentes femmes travaillent ensemble. Et toutes s'accordent à dire qu'il y a peut-être moins d'égo dans le style et plus de sororité, ce respect entre femmes au-delà des clivages politiques. 

"Ce qui compte, c'est le territoire !"

Cette petite phrase, elles l'ont toutes prononcée à un moment de leur interview, que ce soit Léonore Moncondhuy, maire verte de Poitiers, Florence Jardin, maire divers gauche de Migné et désormais présidente d'agglo de Grand Poitiers ou encore Françoise Ballet Blu, députée LREM (La République en marche) de Poitiers-Nord. Alors, de fait, elles ne sont pas d'accord sur tout, mais au moins elles se retrouvent sur l'intérêt commun et sur des thèmes transversaux comme par exemple le fait de donner plus de noms de femmes aux rues pictaves. Ou encore de ne plus différencier jeux de garçons-jeux de filles en faisant des cours de récréation non genrées dans les écoles. 

Le féminisme par l'exemple

Les petites filles ont besoin de modèles, ou en tout cas d'exemple de femmes aux affaires. Mais "les petits garçons aussi" ajoute la maire de Poitiers. Pour Léonore Moncond'huy comme pour les autres élues locales de la Vienne, plus il y aura de femmes aux responsabilités, plus les petites filles se permettront de rêver à ce type de fonctions, et plus les petits garçons seront éduqués à une égalité hommes-femmes. 

"La loi ne suffit pas, il faut éduquer dès le plus jeune âge"

Et Florence Jardin de rappeler que la loi sur la parité ne fait pas tout. Rien que dans l'agglo de Poitiers, il y a 32 femmes élues pour 53 hommes. Le fait est que la plupart des têtes de liste sont des hommes, ce sont donc eux qui deviennent maires, malgré la parité en politique. En entreprise aussi,  le média féministe, les Glorieuses a pointé les disparités salariales : à responsabilité égale, un homme touche 25% de plus en salaire qu'une femme. 

Travailler aussi à l'égalité en entreprise

Ce milieu de l'entreprise, la députée Françoise Ballet-Blu le connaît bien, elle qui a travaillé dans l'automobile autrefois et qui a co-fondé à Poitiers l'association Entreprendre au féminin. Encore aujourd'hui, il s'effare de ces faits constatés : quand on demande à une femme de monter dans la hiérarchie, elle va hésiter, se demander si elle est légitime et compétente. 

" Une femme ne partira que si elle estime avoir 90% des compétences requises. Un homme, c'est quand il pense avoir 40% des pré-requis"

Il y a une sorte d'autocensure des femmes qu'il faut enrayer, convient Catherine Coutelle, ancienne députée de la Vienne, longtemps présidente de la délégation aux droits des Femmes à l'assemblée. 

Si la maire de Poitiers se réjouit de voir que "dans la Vienne, on a brisé le plafond de verre en différents domaines", son aînée Catherine Coutelle, elle, rappelle tout de même que :

" il a fallu attendu jusque-là, jusqu'au 21ème siècle, pour voir une femme dans le fauteuil de maire de Poitiers"

Avant elles, d'autres femmes ont ouvert la voie

Sans remonter trop loin en arrière, des femmes de pouvoir, il y en a déjà eu dans la région : la plus célèbre Edith Cresson, a été la première femme Premier ministre en France entre 1991 et 1992. Dix ans plus tard,  Elisabeth Morin-Chartier, vice-présidente de Poitou-Charentes prend la suite de Jean-Pierre Raffarin à la présidence de région quand celui-ci est nommé Premier ministre par Jacques Chirac. Parmi les autres femmes puissantes à retenir : Bernadette Vergnaud, députée européenne; Ségolène Royal, qui, entre autres fonctions, a été présidente de région de 2004 à 2014 et candidate à la présidentielle de 2007; Catherine Coutelle, ancienne députée PS de Poitiers-Sud de 2007 à 2017 et président de la Délégation aux Droits des femmes à l'assemblée pendant cinq ans. Tout comme Véronique Massonneau pour les verts, députée dans le Nord-Vienne de 2012 à 2017, qui a subi le sexisme d'un collègue parlementaire en plein hémicycle en 2013.

Dans la Vienne également

A noter que dans la Vienne on trouve également des femmes à la tête de la chambre des métiers (Karine Desroses), de l'association des maires de la vienne (Marie-Jeanne Bellamy), à la DREAL, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, (Alice-Anne Médard) ou encore, à l'ARS, Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine (Dolores Trueba de la Pinta). Dans les Deux-Sèvres la députée écologiste, Delphine Batho en revanche semble isolée en tant que femme aux responsabilités

Choix de la station

À venir dansDanssecondess