Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fercé-sur-Sarthe abandonne l'autopartage Mouv'n go

-
Par , France Bleu Maine

La commune de Fercé-sur-Sarthe a décidé de ne pas prolonger le service d'autopartage Mouv'n go au delà du mois de janvier 2020. Le maire explique que le service n'est finalement pas adapté et serait devenu trop couteux avec le transfert de la compétence mobilité aux communautés de communes.

Deux voitures sont disponibles dans les six stations réparties en Sarthe, comme celle de Guécélard
Deux voitures sont disponibles dans les six stations réparties en Sarthe, comme celle de Guécélard © Radio France - Jérôme Collin

Fercé-sur-Sarthe met fin à l'expérience Mouv'n go dans la commune. Ce service d'autopartage lancé en grande pompe il y a deux ans par le Pays du Mans propose de louer des voitures électriques, sur une durée allant de 30 minutes à 21 heures, dans une quinzaine de communes sarthoises.

Une belle idée mais à Fercé, le service n'a jamais réellement trouvé son public. Il n'y a eu que 11 réservations pour la Zoé électrique de Fercé en 2020, qui affiche un déficit de 7 000 euros. Le conseil municipal a donc voté l'arrêt de Mouv'n go à compter de fin janvier 2020 car le service s'est avéré peu adapté au public visé explique le maire Dominique Dhumeaux.

"On voulait apporter un service aux gens qui n'avaient pas de moyen de locomotion. Par exemple un couple où l'un partait travailler et l'autre rester coincé à la maison parce qu'il n'avait pas de voiture ou encore un jeune qui n'avait pas les moyens d'acheter une voiture et qui devait aller passer un entretien d'embauche. Donc nous notre idée, c'est que ce véhicule serve en priorité à ces gens là mais on s'est très vite rendu compte que ce n'était pas le cas, les utilisateurs sont des citoyens qui trouvent que se déplacer en électrique est soit plus fun soit plus économique. Donc nous n'avons pas réussi à atteindre notre cœur de cible". 

L'interface numérique peu adaptée au public visé 

L'édile avance plusieurs "freins" pour expliquer cet échec, en commençant par la contrainte technologique. 

"C'est un service qui est très numérique. Il faut créer son compte sur ordinateur, scanner son permis de conduire, réserver par smartphone, payer par carte bleue. La borne pour récupérer les clés est numérique également. Donc ce n'est pas simple comme aller faire ses courses. Tout cela, ce sont des freins car les gens qui sont en difficulté sont aussi souvent des gens en difficulté avec les outils numérique

Une charge à vie pour la commune en raison du transfert de la compétence mobilité

Malgré ce constat, le maire de Fercé-sur-Sarthe se disait prêt à poursuivre l'expérience Mouv'n go un an ou deux. Mais le transfert de la compétence "mobilité" des communes vers les intercommunalités  l'a décidé a arrêter.

"En transférant le service, nous aurions dû verser l'équivalent des charges, soit 7 000 euros tous les ans à vie. Et ce même si le service est un jour supprimé. C'est beaucoup trop lourd et risqué pour une petite commune comme la notre". 

30 millions de kilomètres et 906 abonnés

"Il va falloir analyser le cas de Fercé" dit Emmanuel Franco, en charge des mobilités au Pays du Mans. Mais cela ne remet pas en cause la pertinence de l'autopartage ajoute-t-il.

"Depuis que le service existe, ce sont plus de 30 millions de km qui ont été parcourus par les utilisateurs. Il y a 906 abonnés, presque 1 000 Sarthois qui l'utilisent donc c'est positif, cela se développe et il faut que cela continue. On sait qu'il faut toujours redonner du sens et expliquer pour quoi on fait cela. Tout simplement parce que si on ne fait rien, on n'atteindra pas nos engagements climatiques et il fera 5° de plus en Sarthe en 2100. D'où l'intérêt de se déplacer autrement"

Emmanuel Franco précise également qu'une étude est en cours de réalisation pour faire un premier bilan de l'expérience Mouv'n go qui "séduit de nouvelles communes, notamment le Bailleul où une borne sera dès que possible inaugurée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess