Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Feria de Pentecôte 2016 à Nîmes

Feria de Nîmes : bilan mitigé dans les arènes

Nîmes, France

Les arènes de Nîmes ont retrouvé le calme. La Feria de Pentecôte 2016 est terminée mais n'a pas tenu toutes ses promesses. D'un point de vue tauromachique, cette édition 2016 laissera plutôt un bon souvenir du côté des hommes, nettement moins bon côté élevages

Les élevages ont déçu cette année à Nîmes
Les élevages ont déçu cette année à Nîmes © Radio France - Camille Payan

Lorsque Simon Casas avait présenté les cartels de cette Pentecôte, il n'avait pas vraiment fait l'unanimité dans le mundillo. Pourtant, le patron des arènes de Nîmes a plutôt réussi son pari. Oui, le mariage entre vedettes confirmées et jeunes en devenir à fonctionné et même très bien.

Des toreros déterminés

Les trois novilleros qui ont pris leur alternative ont connu des débuts fort réussis. Alvaro Lorenzo, Gines Marin et Varea ont chacun laissé une trace pleine de promesses, même s'ils n'ont pas tous coupé des oreilles, idem pour le novillero arlésien Andy Younès, injustement privé de la cape d'Or.

Les anciens aussi ont été à la hauteur, enfin la plupart d'entre eux en tout cas. El Juli, Juan Bautista tous deux sortis pas la porte des Consuls, ou encore Miguel Angel Perera auteur de LA faena de la Feria lundi après-midi.

Des toros faibles

Le gros bémol : ce sont évidemment les lots de toros qui ont souvent laissé une impression de grande faiblesse à l'image des Juan Pedro Domecq ou des Daniel Ruiz. C'était malheureusement prévisible.

Déception pour la corrida de clôture

La corrida de clôture a laissé une impression mitigée. Miguel Angel Perera a coupé deux oreilles, Sébastien Castella en a coupé une et le jeune Péruvien Andrès Roca Rey est reparti les mains vides sans démériter pour autant.

Une corrida gâchée en partie encore une fois par le manque d'intérêt des toros de Daniel Ruiz.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess