Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fermeture de la côte de Morre : le maire appelle au calme dans son village et décide d'un sens unique

-
Par , France Bleu Besançon

Le maire de Morre appelle au calme et au respect dans son village, devenue un axe très fréquenté par les voitures. Il vient de décider d'un sens unique dans la rue de Montfaucon, devenue dangereuse depuis la fermeture de la côte de Morre.

Le panneau est installé dans le sens Morre-Montfaucon.
Le panneau est installé dans le sens Morre-Montfaucon. © Radio France - MC Fournier

Rue de Montfaucon, Morre, France

Il prend des mesures et appelle au calme ! Le maire de Morre, Jean-Michel Cayuela, a décidé d'interdire la rue de Montfaucon dans le sens Morre-Montfaucon, car elle est devenue trop dangereuse depuis la fermeture de la côte de Morre. Il a pris un arrêté pour acter de ce sens unique et fait poser des panneaux "sens interdit" par le Conseil Départemental du Doubs.

Cette décision est une réponse aux riverains  qui ont posé des panneaux sur les côtés pour appeler les conducteurs à rouler moins vite et à faire preuve de plus de civisme. Depuis le chantier, cette rue est empruntée par 6500 véhicules par jour. Le maire a également alerté les gendarmes, pour leur demander de contrôler le respect de ce nouveau sens interdit.

Appel au calme

Par ailleurs, le maire demande aux habitants de rester calmes et respectueux. Il raconte avoir lui-même été insulté et interpellé par des riverains excédés par cette situation : "Ce sont des insultes gratuites" selon Jean-Michel Cayuela qui estime "difficile de comprendre ce genre d'attitude".