Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Clubs de foot privés de buvette : solidaires, une trentaine d’arbitres alsaciens renoncent à leur indemnité

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Le bel élan de solidarité d'une trentaine d'arbitres de foot alsaciens. Ils ont renoncé ce week-end à toucher les indemnités que doivent leur verser les clubs pour leurs frais de déplacement, pour soutenir les clubs bas-rhinois, interdits de buvettes en raison de la crise sanitaire.

Une trentaine d'arbitres de football alsaciens renoncent à leurs indemnités pour soutenir les clubs bas-rhinois en difficulté après l'interdiction des buvettes.
Une trentaine d'arbitres de football alsaciens renoncent à leurs indemnités pour soutenir les clubs bas-rhinois en difficulté après l'interdiction des buvettes. © Maxppp - Christian Montey

"Pas de buvette, pas de recettes donc pas de frais", c'est ce que plusieurs arbitres du district du Bas-Rhin ont inscrit sur leur feuille de frais d'arbitrage le week-end du 24 et 25 octobre. Normalement, les arbitres de football sont indemnisés pour leurs frais de déplacement par les clubs, mais comme ces derniers n'ont plus le droit, en raison d'un arrêté préfectoral d'ouvrir des buvettes pendant et après les matches, les rentrées d'argent se font rares, alors les arbitres ont décidé d'être solidaires.

Si chacun fait un geste, on peut peut-être continuer à jouer au football

"On s'est dit qu'il fallait faire un geste vis à vis des clubs car ils sont vraiment trop en difficulté. Les arbitres qui s'investissent un peu connaissent les difficultés des clubs en ce moment, vu qu'ils ne peuvent plus faire des fêtes qui génèrent de l'argent. Si chacun fait un geste, on peut peut-être continuer à jouer au football", explique Éric Rosenfelder, arbitre, à l'origine de cet élan de solidarité. En tout, ils sont une trentaine à avoir refusé de toucher les frais d'indemnités.

C'est un très beau geste

Chaque arbitre volontaire a donc renoncé à ses indemnités, soit une cinquantaine d'euros, payés directement par les clubs. "C'est un très beau geste. On a actuellement zéro recette et ça commence à être très difficile pour nous. On va devoir largement réduire la voilure, une deuxième année comme ça et on va devoir fermer la boutique", regrette Pierre Dillinger, président du football club de Schirrhein. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess