Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fermeture du "Troquet", le quartier Mont Duplan dit adieu à sa cantine

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le Troquet, qui servait de poste aux riverains et de cantine aux cheminots, ferme ses portes ce lundi à Nîmesi. Une vraie photographie de la vie de la classe moyenne gardoise.

Plus d'une centaine d'habitants du quartier ont pris un dernier vert au Troquet.
Plus d'une centaine d'habitants du quartier ont pris un dernier vert au Troquet. © Radio France - Sarah Nedjar

Nîmes, France

C'était l'institution du quartier de Mont Duplan. Après 27 ans de bons et loyaux services, le restaurant "Le Troquet" ferme ses portes, suscitant l'émotion des habitants des rues populaires adjacentes. Samedi, plus d'une centaine d'entre eux ont fait le déplacement au 33 rue Sully pour prendre un dernier repas, avant le départ à la retraite des propriétaires. 

"C'était plus qu'un bistrot, souffle l'habitué Martial, en réprimant un sanglot. Dans le quartier, quand on avait du courrier, on allait le chercher au Troquet. Quand nous étions malades, on apportait le repas chez nous. Renée a fait beaucoup pour le quartier. Je suis dévasté que le cœur du quartier ferme."

Renée, restauratrice au grand cœur

Renée, la patronne, s'apprête justement à dire quelques mots. Les bras chargés de fleurs, elle remercie tour à tour les cheminots, étudiants, facteurs et ouvriers qui faisaient sa clientèle régulière. "C'est un quartier vivant. Quitter cet endroit, c'est comme un coup de ciseau au cœur." Plusieurs paires d'yeux rougissent, une salve d'applaudissements retentit. 

Dans la rue Sully, les trottoirs sont cabossés, la peinture s'écaille. Pourtant, Renée ne peut s'empêcher de penser à son quartier comme à un écrin abîmé, qui, dans ses murs, renferme de beaux bijoux. "Nous n'avons pas trouvé de repreneur, mais j'espère qu'un petit couple se lancera dans l'aventure. Je suis prête à les aider. S'ils savent servir, s'ils savent aimer... Rien n'est impossible dans un quartier comme le nôtre."

  - Radio France
© Radio France -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu