Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ferrero, qui fabrique le Nutella en Normandie, accusé d'exploiter des réfugiés syriens en Turquie

Ferrero est pointé du doigt dans une enquête du New York Times. La marque exploiterait, par l'intermédiaire de sous-traitants, des réfugiés syriens, dont des enfants, pour récolter des noisettes en Turquie.

L'usine Ferrero de Villers-Ecalles en Seine-Maritime produit 600 000 pots de Nutella chaque jour
L'usine Ferrero de Villers-Ecalles en Seine-Maritime produit 600 000 pots de Nutella chaque jour © Maxppp - Maxppp

Villers-Écalles, France

L'usine de Villers-Ecalles en Seine-Maritime est le premier site mondial de production de Nutella avec 600 000 pots par jour. Et voilà la pâte à tartiner de nouveau dans la tourmente. Mais pas pour l'utilisation d'huile de palme dans sa recette. 

C'est d'un autre ingrédient indispensable dont il s'agit : les noisettes. 70 % de la production mondiale de noisettes provient de Turquie, où s'est rendu un journaliste du New York Times, qui a réalisé une édifiante enquête sur les conditions de travail des employés qui les récoltent.

Une exploitation des réfugiés qui ont dû fuir la Syrie

Selon nos confrères, ces salariés seraient pour beaucoup des réfugiés syriens qui sont plus de 3 millions à avoir fui leur pays et qui n'auraient d'autres choix que de se retrouver exploités dans les exploitations de noisettes turques. 

Le pays en compte 600 000 et nombre de ces exploitations emploient des réfugiés, car comme l'explique le New York Times "l'agriculture est l'un des rares secteurs où le permis de travail n'est pas requis. Et le code du travail ne s'applique pas aux entreprises agricoles de moins de 50 salariés."

Des salaires inférieurs à 10 euros par jour 

Dans ces exploitations qui fournissent en noisettes les grands noms de l'agroalimentaire comme Ferrero, Nestlé ou Godiva, les conditions de travail seraient désastreuses : salaires inférieurs à moins de 9 euros par jour, travail d'enfants, employeurs qui ponctionnent une partie de la paie.

Pour la fabrication du Nutella, et d'autres produits, Ferrero absorbe environ un tiers de la production mondiale de noisettes. Sur son site Internet, l'entreprise explique disposer de 5 usines de traitement de noisettes en Turquie. 

Ferrero dispose d'usines de traitement de noisettes en Turquie

Dans un communiqué publié jeudi soir, Ferrero affirme "prendre la situation des travailleurs de la filière Noisettes très au sérieux et avoir pris plusieurs engagements ces dernières années pour garantir des conditions de travail plus sûres et décentes". Concernant la situation des réfugiés syriens "Ferrero collabore avec l'Organisation internationale du Travail pour la protection des saisonniers et de leur famille. Et des avancées ont été réalisées pour offrir de meilleures conditions de vie aux travailleurs du secteur de la noisette". Mais l'entreprise ne donne pas de précision.

Choix de la station

France Bleu