Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Festival Fest'arts de Libourne : "Unique, magique, mouillé" pour les spectateurs

samedi 8 août 2015 à 18:18 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde

A Libourne, le festival Fest'arts se termine ce samedi soir. Après deux journées clémentes, c'est une fin pluvieuse aujourd'hui pour le festival des arts de la rue. Ce qui n'a pas empêché des dizaines de milliers de spectateurs de se déplacer comme chaque année.

La place Abel Surchamps de Libourne, scène principale du Fest'arts
La place Abel Surchamps de Libourne, scène principale du Fest'arts © Radio France - Yassine KHELFA

Le festival Fest'arts a une nouvelle fois fait carton plein cette année. Pourtant, la pluie est venue s'inviter en clôture du festival. Trois journées et trois nuits pour 92 représentations quasiment toutes gratuites dans des théâtres de rue. Un théâtre à ciel ouvert qui entraîne les spectacteurs dans un tourbillon d'idées. Pour eux le Fest'arts c'est "surprenant, unique, magique et mouillé". Un ciel qui n'a pas été très clément. Du coup, K-Way et parapluie pour éviter les gouttes afin d'assister à des spectacles qui en valent bien la peine pour Corinne de Mérignac. "Moi ça fait des années que je viens à Fest'arts parce que Libourne c'est trois jours intenses, c'est une multiplicité de spectacles". Un peu plus loin une autre spectatrice venue de Bordeaux, le journal à la main, les yeux rivés sur les pages météos, elle a voulu tout prévoir pour tout voir. "Il faut venir les voir pour voir ce qu'ils nous ont préparé, c'est important, même sous la pluie." Sous le chapiteau normalement réservée à la buvette dans l'école Jean Jaurés, une scène s'est improvisée pour un magicien des plus décalés, Gérard Naque. Pour lui même sous un chapiteau, c'est de l'art de rue.

"Là on est en vraie conditions de rue, un lieu accessible où les gens peuvent partir en plein milieu, à la différence avec le théâtre on rentre quand on veut rentrer et on peut partir si ça nous plait pas." — Gérard Naque

Sous la pluie ce sont environ 400 personnes qui ont assisté à son spectacle, sans partir.

"Braver la pluie ça vaut le coup (...) pour ces spectacles de qualité"