Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Festivals annulés : "Le Hellfest c'est 7,5 millions d'euros de retombées pour la vallée de Clisson"

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Agnès Broquet, la directrice du tourisme à Loire-Atlantique Développement, appelle les habitants du département à passer leurs vacances dans la région pour aider les commerçants qui pâtissent de l'annulation des gros festivals de l'été.

Le Hellfest à Clisson en juin 2019.
Le Hellfest à Clisson en juin 2019. © Radio France - Philippe Thomas

Le Hellfest à Clisson, La Nuit de l'Erdre près de Nantes, Les Escales à Saint-Nazaire. Les plus gros festivals de Loire-Atlantique sont annulés cet été faute de perspectives en pleine épidémie de Covid-19 et face à des protocoles sanitaires impossibles à tenir. Des annulations qui ont un gros impact sur l'économie et le tourisme de la région. Ce sont d'importantes retombées économiques qui sont perdues, mais aussi un frein pour tous les professionnels du territoire, selon Agnès Broquet, la directrice du tourisme à Loire-Atlantique Développement.

Festivals annulés : "Le Hellfest c'est 7,5 millions d'euros de retombées pour la vallée de Clisson"

France Bleu Loire Océan - Tous les grands festivals de notre région annulés cet été. On ne se rend pas forcément compte mais ces festivals ont d'énorme retombées économiques pour la région...

Agnès Broquet - Ce n'est pas une bonne nouvelle. Ni pour les amateurs de musique, ni pour les organisateurs, ni pour les communes - qui font beaucoup d'efforts pour accueillir les festivaliers avec des bénévoles - ni pour les professionnels. C'est une perte sèche directe. Pour les Escales, on estime à 1.5 million d'euros les retombées économiques autour de Saint-Nazaire. Le Hellfest, ce sont 7.5 millions d'euros sur toute la vallée de Clisson. Ce sont des hébergeurs, des restaurateurs, tous les commerces locaux. Les sites de visite mais aussi les vignerons. Au Hellfest, par exemple, le Muscadet est vraiment mis à l'honneur et on en écoule 18.000 litres à chaque édition. C'est aussi du lien social entre les bénévoles, les habitants.

Le Muscadet est vraiment mis à l'honneur et on en écoule 18.000 litres à chaque édition.

En fait c'est tout le territoire qui en profite, tous les secteurs d'activité ?

Ce sont les petits commerces, les campings, les hôtels, les chambres d'hôtes. Il y a tout un écosystème qui se met en place autour d'un festival et les retombées sont énormes. En plus, on a la chance d'avoir des festivals, des directeurs d'associations et des équipes qui sont très ancrés localement. Ils utilisent toutes leurs connaissances et toute l'identité de notre territoire. Donc ça apporte aussi de la notoriété. 

Les festivals sont-ils souvent le point de départ de vacances dans la région ?

Oui, c'est pour ça que c'est un manque à gagner pour l'ensemble de la profession. Et c'est assez triste pour cette deuxième saison blanche. On sait qu'ils ont des ressources créatives et qu'ils vont encore nous étonner en proposant des choses. Et puis on va vers une saison qui doit s'améliorer, on attend tous la sortie du confinement. 

On a des pépites autour de nous [...], il y a plein de choses à découvrir.

L'annonce du troisième confinement pendant les vacances de Pâques a été un nouveau coup dur pour les professionnels du tourisme ?

On travaille beaucoup avec eux pour que la saison soit lissée tout au long de l'année. Mais malgré tout, les vacances de printemps marquent traditionnellement l'ouverture de la saison touristique avant les week-end de mai et la haute saison en juillet-août. Donc ça été un coup sur la tête. Il faut garder le moral, reprendre confiance ! On les accompagne, on essaye de travailler autour de projets. Par exemple, on est en train de mettre en place des projets durables dans les hôtels pour réduire leur emprunte carbone. Tout ce qui fait le tourisme vert, c'est une vraie tendance !

La crise pousse-t-elle tous les professionnels à diversifier leurs activités ?

On a vu des chambres d'hôtes s'ouvrir au télétravail, par exemple. Donc on essaye de compenser les événements annulés et d'être innovants. On incite vraiment les habitants à prendre leurs vacances en Loire-Atlantique. On va relancer une campagne de communication avec le département de Loire-Atlantique. On a des pépites autour de nous, on peut être des ambassadeurs de notre territoire. La Loire-Atlantique est le sixième département touristique et il y a plein de choses à découvrir !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess