Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Fêtes de Bayonne 2018

Fêtes de Bayonne payantes : le maire Jean-René Etchegaray répond

Bayonne, France

Invité mardi matin dans les studios de France Bleu Pays Basque, le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, se dit favorable à l'idée de faire payer l'entrée des prochaines fêtes de Bayonne. Les Bayonnais ne paieront pas. Ils beneficieront d'un "pass".

Les fêtes de Bayonne édition 2017
Les fêtes de Bayonne édition 2017 © Radio France - Oihana Larzabal

Payer un droit d'entrée pour faire la fête à Bayonne fin juillet ? L'idée avait été lancée par le maire de Bazonne, Jean-René Etchegaray, le 2 aout dernier à l'issue de l'édition 2017. Huit mois plus tard l'idée devient projet de plus en plus solide. La municipalité consulte toutes les parties depuis samedi dernier (commerçants, cafetiers, associations liées à ce rendez-vous stratégique). 

Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne et président de la communauté d'agglo Pays Basque
Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne et président de la communauté d'agglo Pays Basque © Radio France - Céline Arnal

Je souhaite que les fêtes de Bayonne soient payantes cette année — Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne

Premier element important : les Bayonnais ne paieront pas pour faire la fête. "Ils le font déjà avec leurs impots locaux" précise Jean-René Etchegaray. Le maire ajoute que les contribuables Bayonnais payent 2 400 000 euros.

Pour le maire "le paiement est possible" "on peut fermer la ville". La conformité du site, l'Adour, la Nive, les remparts Vauban, permettent de dessiner un périmètre.  Le coût de ce nouveau système "n'est pas encore arrêté, on réfléchit". Au dernier comptage des fêtes (2017) on était entre 850 000 à 1 million de fêtards. "que je sache, il n'y a que 50 000 Bayonnais. Je veux introduire une forme de justice"

On a failli perdre les fêtes après l'attentat de Nice il y a deux ans — Jean-René Etchegaray

La sécurité coute de plus en plus cher. Après l'attentat de Nice il y a deux ans les mesures de précautions ont été exponentielles. "on a failli perdre les fêtes de Bayonne après Nice" affirme Jean-René Etchegaray. "les frais de sécurité ont augmenté de plus de 400 000 euros depuis l'an dernier" Le cout de cette sécurité atteignait 1 million 200 000 euros durant l'édition 2017.

Les fêtes gratuites deux jours et payantes trois jours

L'idée est donc de faire participer les fêtards aux financements de plus en plus lourds demandés à la municipalité. Les fêtes seraient gratuites jusqu'au vendredi matin. Ensuite payantes du vendredi midi jusqu'au dimanche minuit. Les deux premiers jours gratuits permettront de faire travailler les commerçants du centre ville. 

Le prix de l'entrée est à déterminer. Il sera inférieur à 8 ou 10 euros précise le maire de Bayonne. Les Bayonnais beneficieront d'un pass soit journalier soit sur l'ensemble des trois jours de fêtes. La gratuité sera assurée pour les enfants et les jeunes (l'âge n'est pas encore déterminé entre 16 et 18 ans)

L'ouverture des fêtes bayonnaises en 2017
L'ouverture des fêtes bayonnaises en 2017 © Radio France - Oihana Larzabal

Les associations de Bayonne disent "non"

Réunies hier soir les 45 representants des associations liées aux fêtes Bayonnaises se sont prononcés contre l'idée de payer l'entrée des fêtes. "C'est leur droit" répond Jean-René Etchegaray "le Groupement des Associations de Bayonne défend les interêts de ses membres. Moi j'ai la mission de trouver une solution pour que ces fêtes durent. Elles ont failli disparaitre il y a deux ans, il faut les consolider."

Faire payer une taxe sur les verres : "juridiquement impossible"

Sur l'idée avancée par le GAB de faire payer une taxe supplementaire sur chaque verre consommé durant les fêtes "c'est juridiquement impossible" affirme le maire.  Sur l'idée de faire appel à des mécènes Jean-René Etchegaray n'est pas opposé mais précise que les mécènes en question font la promotion d'alcool. "je refuse de me trouver pieds et poings liés par ça" "c'est une question de liberté, ne soyons pas dépendants de tels partenaires". 

Jean-René Etchegaray précise enfin que la concertation des associations, cafetiers et commerçants durrera encore 15 jours.

L'interview du maire de Bayonne Jean-René Etchegaray

Jean-René Etchegaray répond sur les fêtes de Bayonne payantes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess