Société

Fête de l'Aïd Al Adha : les autorités vigilantes sur les conditions d'abattage des moutons

Par Michel Benoît, France Bleu Berry lundi 12 septembre 2016 à 18:15

Des moutons à l'abattoir de St-Amand-Montrond pour la fête de l'Aïd Al Adha
Des moutons à l'abattoir de St-Amand-Montrond pour la fête de l'Aïd Al Adha © Radio France - Michel Benoit

C'est aujourd'hui pour les musulmans la fête de l'Aïd Al Adha : la fête du sacrifice du mouton. Dans le Cher, l'abattoir de St-Amand-Montrond était agréé pour égorger les animaux. 220 moutons ont été tués, quelques mois après la polémique sur la souffrance animale.

Après les dérives filmées par des associations dans certains abattoirs, ce sacrifice rituel a fait l'objet d'encore plus d'attention de la part des pouvoirs publics. 220 moutons à tuer, c'est une grosse journée pour l'abattoir de St-Amand-Montrond qui reste une petite structure avec 1.200 tonnes de viande à l'année.La préfecture a envoyé trois techniciens et un vétérinaire pour contrôler le travail. Pour Thierry Place, directeur adjoint de la cohésion sociale et de la protection des populations dans le Cher, il s'agit d'être vigilant, même si les cadences (trente moutons tués à l'heure, avec deux sacrificateurs qui se relaient) ne posent pas de problème particulier. Pour cet abattage rituel, le mouton est égorgé sans être étourdi. Le matériel a donc été vérifié (la lame doit être affutée) par la préfecture. Mohamed Chaab, vice-président de l'association Essalam de Bourges reconnait que cet abattage rituel puisse poser question, mais il défend ce precepte de la religion : assommer l'animal ou l'électrocuter n'est-il pas non plus un acte violent ? Pour ce responsable musulman, un geste net et précis garantit un travail propre. La religion musulmane interdit toute souffrance animale. Un seul pays en Europe interdit l'égorgement vivant des animaux : c'est la Suisse.

Les stales de l'abattoir de St-Amand-Montrond ont été modernisées - Radio France
Les stales de l'abattoir de St-Amand-Montrond ont été modernisées © Radio France - Michel Benoit

On attend d'ici la fin du mois, les préconisations de la commission d'enquête parlementaire sur l'organisation de la mise à mort des animaux dans les abattoirs. Celui de St-Amand Montrond, comme d'autres dans la région, avait été montré du doigt parce que certains porcs avaient présenté des signes de reprise de conscience au moment d'être vidés et découpés. L'abattoir a donc dû acheter une nouvelle pince electronarcose pour étourdir convenablement les animaux. Un investissement de 6.000 euros. Certaines associations réclament la vidéo dans les abattoirs pour s'assurer qu'il n'y a pas de maltraitance. Ce débat énerve un peu le président de l'abattoir de St-Amand, Daniel Floquet, solidaire de ses employés, même s'il reconnait que certains maitrisent mieux que d'autres la technique de mise à mort d'un animal.

Une nouvelle salle de découpe, plus grande, est en cours de réalisation à l'abattoir de St-Amand-Montrond - Radio France
Une nouvelle salle de découpe, plus grande, est en cours de réalisation à l'abattoir de St-Amand-Montrond © Radio France - Michel Benoit

La SAS Berry Bocage a investi un million d'euros, ces dernières années pour moderniser l'abattoir et notamment son atelier de découpe. L'abattoir essaie de développer le travail à façon pour les éleveurs locaux qui se sont lancés dans la vente directe, ou les bouchers. Sa taille modeste (il compte une dizaine de salariés) le rend fragile face à de grosses structure qui misent sur les tonnages pour s'en sortir. "Nous faisons de la dentelle" explique, Daniel Floquet. la présence d'un abattoir à St-Amand-Montrond, garantit la présence d'élevages dans cette partie du Cher. Les abattoirs en ont assez d'être montrés du doigt... Reste que c'est à eux de donner des gages aujourd'hui de leur bonne conduite. La préfecture du Cher le confirme : de vrais contrôles impromptus sont organisés dans le département. "Si avec la routine, on peut s'habituer à la mort, on ne doit pas s'habituer à la souffrance" pour le directeur adjoint de la DDCSPP du Cher.

Partager sur :