Société

Fête de la musique : 48.000 policiers et gendarmes mobilisés dans toute la France

Par Mooréa Lahalle, France Bleu mardi 20 juin 2017 à 16:34

48 000 policiers et gendarmes, "dont 31 forces mobiles", seront mobilisés partout en France mercredi à l'occasion de la Fête de la musique
48 000 policiers et gendarmes, "dont 31 forces mobiles", seront mobilisés partout en France mercredi à l'occasion de la Fête de la musique © AFP - FRED TANNEAU

48.000 policiers et gendarmes seront mobilisés partout en France mercredi 21 juin à l'occasion de la Fête de la musique. C'est ce qu'a annoncé ce mardi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Un important dispositif de sécurité va être déployé partout en France à l'occasion de la Fête de la musique. Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce mardi dans un communiqué la mobilisation de 48.000 policiers et gendarmes, "dont 31 forces mobiles" pour l'événement.

"Garantir une présence visible et régulière"

Ces policiers et gendarmes seront épaulés par les militaires de l'opération Sentinelle afin "d'assurer la sécurité des concerts (…) qui ont donné lieu à une préparation particulière dans le cadre des instructions relatives à la sécurisation des événements festifs et culturels".

Le ministère a expliqué que ces effectifs seront mobilisés dans chaque département "sous l'autorité des préfets" et "en partenariat avec les maires", qui "s'appuieront sur les polices municipales et les associations qui ont annoncé leur participation à l'événement". L'objectif de ce dispositif de sécurité est de "garantir une présence visible et régulière, ainsi qu'une capacité permanente d'intervention".

La Fête de la musique est un "événement traditionnel auquel les Français sont particulièrement attachés et qu'ils souhaitent vivre pleinement et sereinement", a souligné le communiqué.

Effectifs du Samu également renforcés dans la capitale

Etant annoncée comme l'une des journées "les plus chaudes de la semaine", les effectifs du Samu 75 seront également renforcés mercredi soir dans la capitale. Ce dispositif est mis en place suite à la demande, formulée lundi dans un communiqué, de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.