Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fête des morts : une permanence "deuil" à la paroisse de Lescar

mercredi 1 novembre 2017 à 18:39 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

A la paroisse de Lescar, une permanence est assurée par huit bénévoles qui, 7 jours sur 7, entrent en contact avec les familles endeuillées. Pour préparer les obsèques, mais avant toute chose apporter du réconfort.

Marinette, une des 8 bénévoles de l'équipe du deuil de la paroisse de Lescar
Marinette, une des 8 bénévoles de l'équipe du deuil de la paroisse de Lescar © Radio France - Daniel Corsand

Lescar, France

Pour illustrer cette journée des morts au lendemain de la Toussaint, cette initiative de bénévoles au sein de la paroisse de Lescar. Ils sont huit a assurer "la pastorale du deuil", autrement dit une permanence par équipe de deux, 7 jours sur 7 pour aller soutenir les familles endeuillées qui envisagent des obsèques à l'église. Henriette Barbe a perdu son mari en 2008, subitement, dans un accident de la route. Ce soutien a été précieux pour elle.

J'ai vraiment apprécié. C'est très chaleureux. On y trouve du réconfort et du courage. C'est imprimé et je leurs dis encore merci — Henriette, veuve depuis 9 ans

Henriette a perdu son mari en 2008 dans un accident de la route

On a entendu qu'au delà de préparer la cérémonie : les chants, les lectures, c'est bel et bien surtout un soutien moral. Marinette Balohé participe à cette permanence deuil depuis plus de 20 ans maintenant. C'est éprouvant bien sur, surtout quand le défunt est jeune. Mais elle dit que c'est surtout enrichissant.

C'est éprouvant, mais il faut s'en remettre à la prière, c'est ça qui nous sauve. Et j'ai la chance d'avoir un mari qui me soutient beaucoup. Les gens qui souffrent vous apportent beaucoup aussi. Quand c'est de jeunes c'est très dur. Accompagner des bébés au cimetière. Accompagner des jeunes de 16 ans. On souffre beaucoup. Mais c'est ça la compassion : souffrir avec ceux qui souffrent—Les mots de Marinette

Marinette Balohé parle de l'épreuve que représente ce soutien