Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ACTU EN 2017 EN ALSACE : les silhouettes de Dannemarie

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass
Dannemarie, France

Durant l'été, la ville de Dannemarie et l’association féministe "les effronté-e-s" ont mené combat devant les tribunaux. En cause, des silhouettes féminines en contreplaqué que l'association jugeait sexiste. La commune plaidait la liberté d’expression. Le Conseil d’État a autorisé leur présence.

La ville de Dannemarie s'est mobilisée pour conserver ses silhouettes
La ville de Dannemarie s'est mobilisée pour conserver ses silhouettes © Radio France - Patrick Genthon

Rétrospective 2017: les silhouettes de Dannemarie

"Ce qui nous choque le plus, c'est qu'il nous parle de bonnes intentions, sauf qu’après qu'on lui ait montré clairement en quoi c’était sexiste, il continue et en plus il fait preuve de sexisme"

Sarah Pouyaud-Elie et l’association strasbourgeoises "les effronté-e-s" n’ont pas apprécié du tout la façon choisie par la municipalité de Dannemarie pour célébrer l’année de la femme. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La commune a installé 125 panneaux dont 65 représentent des silhouettes de femmes en contreplaqué. Elles apparaissent enceinte, portant un sac de course, ou dans une position lascive. Images trop caricaturales selon l’association

"c'est clairement provocateur et du coup on a eu recours à la justice pour lui imposer d'enlever les panneaux"

C’est via France Bleu Alsace que le maire Paul Mumbach a appris ce recours devant la justice  administrative. Il prend cela sur un ton badin et ne voit pas en quoi il pourrait être inquiété 

Paul Mumbach:

"là, je peux vous garantir que cela va faire du foin. _Très franchement je suis tout à fait serein dans cette affaire_.La population est pour. Franchement, c'est la meilleure façon de se ridiculiser"

Il s’agit d’un référé-liberté et l’affaire est jugée rapidement. Le tribunal administratif donne raison aux plaignantes 

Sarah Pouyaud-Ely 

:"on est très content parce que çà va avoir des conséquences importantes en terme de droit parce que les maires ou les personnes publiques ne pourront pas afficher des choses à caractères sexistes comme ils le souhaitent et ils réfléchiront à deux fois"

Les juges strasbourgeois évoquent une atteinte grave au principe d’égalité entre les hommes et les femmes. Le maire Paul Mumbach en reste pantois :

"le développement philosophique qui a été fait à la barre est assez impressionnant. Dannemarie n'est quand même pas le lieu où faire finalement un débat philosophique sur la place de la femme. _Je pense qu'ils se trompent un peu de cible_".

Le retrait des silhouettes  est ordonné 

sous astreinte de 500 euros par jour de retard. La commune va faire appel devant le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative.  En attendant elle s’exécute et retire les panneaux de la voie publique… Mais par provocation les silhouettes sont distribuées aux habitants qui les accrochent dans leur jardin ou sur la façade de leur maison. 

La nouvelle "déco" des maisons de Dannemarie
La nouvelle "déco" des maisons de Dannemarie © Radio France - Patrick Genthon

Des habitantes: 

"et en plus, c'est une association de Strasbourg...de quoi je me mêle...ridicule de faire une polémique pour ça... ça égayait un peu Dannemarie, l’important c'est qu'on puisse encore avoir le droit de s'exprimer"

L’épisode suivant se joue à Paris fin août. Le Conseil d’État confirme le goût douteux des silhouettes, mais ne les jugent pas contraire à la dignité. Il ne reconnait pas non  plus l’intention de discriminer de la part de la commune, et 

le premier jugement est annulé.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Paul Mumbach :

"Les associations de féministes c'est bien, il faut les soutenir, mais il ne fait pas que ce soit extrémiste. Si c'est extrémiste, c'est intolérant. on essaye de nous imposer la vision des autres. La liberté c'est pas ça, et il faut se battre"

Dernière épisode de ce feuilleton de l’été 

Le retour des silhouettes dans le domaine public

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une mise en scène municipale lors d’une fête où les habitants sont invités à rapporter  les silhouettes « hébergées » chez eux . 

Une habitante:

" Elles étaient super bien dans mon jardin. Dannemarie, c'était vivant avec les silhouettes ...et puis après c'était triste, mais pour finir elles sont revenues ici, alors on est content"

Certains habitants ont préféré garder en signe de ce combat gagné les silhouettes féminines sur la façade de leur maison…souvenir d’un été 2017 qu’on n’est pas près d’oublier ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess