Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Feux tricolores intelligents : des maires du Territoire de Belfort contre leur retrait

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Vert si vous êtes à la bonne vitesse, rouge si vous allez trop vite. Les feux tricolores intelligents sont jugés "illégaux" par le ministère de l’intérieur car non conformes au code de la route. Dans le Territoire de Belfort, les maires concernés et le sénateur LR Cédric Perrin protestent.

Les feux pédagogiques sont là pour casser la vitesse dans les traversées des communes. Des outils efficaces selon de nombreux maires
Les feux pédagogiques sont là pour casser la vitesse dans les traversées des communes. Des outils efficaces selon de nombreux maires © Maxppp - Philippe TRIAS

Ils réclament une modification de la loi mais aussi du bon sens. Plusieurs maires, ainsi que le sénateur LR du Territoire de Belfort Cédric Perrin, montent au créneau contre le gouvernement. Les feux pédagogiques (ou intelligents) implantés dans de nombreuses communes ont récemment été jugés illégaux par Gérald Darmanin. Selon le ministre de l’intérieur, ils ne sont pas conformes à la réglementation sur la sécurité routière (arrêté datant du 24 novembre 1967). 

En cas d’accident corporel, la responsabilité pénale des maires serait donc engagée. Si on applique la loi à lettre, il faudrait retirer ces feux ou les régler pour un fonctionnement normal. 

Cette polémique me fait rire ! - Eric Parrot, maire de Lachapelle sous Rougemont

Ces feux tricolores ont largement démontré leur efficacité dans les communes qui en sont dotées. Ils sont devenus indispensables à la sécurité routière. Réduire la vitesse dans sa commune, c’est la principale préoccupation d’un élu aujourd’hui. A Lachapelle-sous-Rougemont, deux feux pédagogiques sont déjà en place au bord de la RD83 sur l’axe Belfort-Haut Rhin très fréquenté. Le maire ne comprend pas que l’on remette en cause l’existence de ce système. « Cette polémique me fait rire. Les gens ne respectent pas la vitesse. On trouve des solutions et maintenant on nous dirait d’arrêter ? Ces feux, je ne vais pas les enlever », indique Eric Parrot. 

Le maire n’a pas beaucoup d’autres solutions pour sécuriser la traversée de son village. Les aménagements sont quasiment impossibles car cette route est régulièrement empruntée par des convois exceptionnels qui transportent les turbines de General Electric vers l’export. 

Le maire de Dorans veut protéger les enfants de ses écoles

A Dorans, 800 habitants, la mairie a acheté cette année deux feux pédagogiques pour près de 25 000 euros. Ils seront implantés avant les fêtes dans une zone 30 au bord d’une route située en contrebas des deux écoles du village. La commune veut protéger les enfants. 

C’est sur la route en contrebas de ses écoles que le maire de Dorans va faire installer ses feux pédagogiques dans une zone 30 que peu d’automobilistes respectent
C’est sur la route en contrebas de ses écoles que le maire de Dorans va faire installer ses feux pédagogiques dans une zone 30 que peu d’automobilistes respectent © Radio France - Nicolas Wilhelm

« Ces feux sont indispensables. Je ne voudrai pas, sur une zone 30, me retrouver avec un accident. J’appelle au bon sens et à la sécurité des enfants. Nos enfants, c’est la vie d’un village », explique le maire Daniel Schnoebelen qui ne comprend pas ce débat sur l’illégalité de ce dispositif. 

Les questions écrites de Cédric Perrin au gouvernement

A la suite de rumeurs sur l’illégalité de ces fameux tricolores, le sénateur LR du Territoire de Belfort Cédric Perrin avait adressé deux questions écrites l’an dernier au gouvernement pour demander des éclaircissements. « On a besoin de faire évoluer la législation. Cette réglementation est définie par un arrêté qui date du 24 novembre 1967. La circulation routière a fondamentalement évolué depuis cette période. Le but n’est pas d’interdire aux maires d’utiliser ces feux, c’est de rendre ces feux légaux », indique le sénateur du Territoire de Belfort. 

C’est à l’issue du deuxième courrier dont la réponse a été publiée en septembre dernier que le gouvernement a lancé une expérimentation dans une commune test du nord de la France (Le Vieux Ménil). Après cette période d'observation, il faudra voir si le ministre de l’intérieur sera prêt à…faire marche arrière ou passer au rouge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess