Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Orléans : des djihadistes présumés ont fréquenté la mosquée des Carmes

vendredi 18 mars 2016 à 17:40 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans

Selon le journal Le Monde, la police antiterroriste a mis au jour une filière djihadiste à Orléans. 9 personnes ont été interpellées pour associations de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste, 6 autres seraient parties en Syrie. Plusieurs fréquentaient la mosquée des Carmes.

L'entrée de la mosquée des Carmes, rue de Limare
L'entrée de la mosquée des Carmes, rue de Limare © Radio France - Stéphane Barbereau

Ce vendredi, c'est jour de prière et donc de forte affluence à la mosquée du quartier Carmes, en plein centre-ville d'Orléans. 300 personnes environ sortent d'un long couloir fermée par une grille. Elles viennent d'écouter le prêche d'un imam envoyé par la Mosquée de Paris.

Cela fait 15 ans que cette mosquée très sommaire (trois modestes salles de prière, dont une en sous-sol) existe. Elle est gérée par l'association Ibn Badiss (du nom d'un musulman réformiste algérien du début du XXème siècle). Son président, Moussa Bahidj se dit stupéfait d'apprendre que plusieurs djihadistes ont fréquenté sa mosquée :

Personne les connait ici, ils viennent une fois, deux fois, faire la prière. Y'avait 300 personnes, c'est impossible de surveiller tout le monde. On peut pas soupçonner les gens comme çà

Le responsable de la mosquée connaissait peu les djihadistes présumés

Ce n'est d'ailleurs qu'après coup, une fois prévenu par la police, que Moussa Bahidj a identifié au moins deux jeunes partis pour la Syrie. L'un d'eux n'assistait d'ailleurs plus aux prêches du vendredi, qui dénonçaient le djihad et le discours fanatique du groupe Etat Islamique.

Bientôt des caméras de surveillance à la mosquée

Les services de renseignement ont rencontré ce responsable de la mosquée des Carmes et lui ont demandé d'éviter les regroupements de fidèles après la prière. Moussa Bahidj les a écoutés et a appliqué leur conseils :

On va installer des caméras de vidéosurveillance. J'espère que ça pas se reproduire ailleurs, mais chez nous je suis certains que les jeunes comme çà, c'est terminé

L'entrée de la mosquée, rue de Limare, au fond la rue des Carmes - Radio France
L'entrée de la mosquée, rue de Limare, au fond la rue des Carmes © Radio France - Stéphane Barbereau

Et le président de l'association Ibn Badiss défend aussi un islam modéré. La preuve, selon lui, l'imam (algérien) vient de la Mosquée de Paris (très éloignée de tout discours radical) qui le salarie pour un contrat de 4 ans :

Si je trouvais que l'imam dépasse d'un millimètre le langage modéré, il ne resterait pas une seconde ici

Moussa Bahidj rejette tout discours religieux radical

Et ce responsable musulman s'en prend alors vivement à ceux qui seraient tentés par le djihad aux côtés de Daech ou d'Al Quaïda :

Tu es qui pour tuer 300 personnes le même jour ? Tu es un prophète ? Tu es plus savant, intelligent que tout le monde ? Derrière vous, il y a une communauté que tu es en train de salir avec tes actes ignobles.

Moussa Bahidj lâche alors cette conclusion terrible : "J'espère que les gens qui sont partis [faire le djihad], j'espère qu'il sont morts".