Société

Pierre Fillon, président de l'ACO sur l'avenir des 24h du Mans

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine lundi 19 décembre 2016 à 8:00

Pierre Fillon, le président de l'ACO l'automobile club de l'Ouest
Pierre Fillon, le président de l'ACO l'automobile club de l'Ouest © Maxppp - Maxppp

Pierre Fillon, le président de l'ACO nous dresse le bilan des 24h 2016, nous parle du projet Le Mans Ressort et s'exprime pour la 1ère fois sur le départ d'Audi.

Pierre Fillon, le président de l'ACO, l'automobile club de l'Ouest, est notre invité ce lundi sur France Bleu Maine. Il revient sur l'édition 2016 des 24h, nous parle pour la première fois du départ d'Audi, du projet Le Mans Ressort, et des constructeurs qui pourraient faire leur retour en Sarthe.

Pierre Fillon, le président de l'ACO aux côtés de Brad Pitt avant le départ des 24h 2016 - Maxppp
Pierre Fillon, le président de l'ACO aux côtés de Brad Pitt avant le départ des 24h 2016 © Maxppp - Franck Castel

Une édition 2016 exceptionnelle

"Je crois que c'est une édition dont tout le monde va se souvenir" nous dit Pierre Fillon, le président de l'ACO. "D'abord ce départ avec un starter mondialement connu. Brad Pitt nous a fait l'honneur de venir donner le départ et c'était quand même une grande première pour le Mans. Et puis, ce départ sous Safety Car avec la pluie et la météo bien capricieuses tout au long de la semaine. La course est lancée, et à un tour de la fin, on pense que tout est joué, Toyota se prépare à arroser la victoire. Et là, malheureusement, la voiture tombe en panne dans le dernier tour, ce qui n'était jamais arrivé. Porsche remporte la victoire. Je pense que plus personne ne criera victoire avant le drapeau à damier."

Les deux voitures Audi lors du pesage des 24h du Mans en juin 2016 - Maxppp
Les deux voitures Audi lors du pesage des 24h du Mans en juin 2016 © Maxppp - Jérome Fouquet

Le départ d'Audi

Fin octobre, Audi annonce son retrait de l'endurance et donc des 24h. "Ce n'est pas un coup dur pour l'ACO" selon Pierre Fillon. "Bon certes, je ne vais pas vous dire que c'est pas une bonne nouvelle, mais on s'y attendait. On ne s'y attendait pas si tôt. On pensait plutôt à un départ pour fin 2017. Audi était là depuis 1999. Audi a construit le renouveau de sa marque sur Le Mans et l'endurance avec 13 victoires. C'était un partenaire très important. Audi avait beaucoup de réceptifs dans Le Mans, un grand hôtel, et beaucoup d'emplacements sur le circuit. Tout cela, nous allons le revendre à d'autres annonceurs. Par ailleurs, la Safety Car ne sera sûrement pas une Audi l'année prochaine, mais ce n'est pas encore tranché."

Pour attirer de nouveaux constructeurs il faut réduire les coûts de l'endurance

Fin septembre, le patron de PSA Carlos Tavares laissait entendre un possible retour en endurance mais disait que c'était encore trop cher. Pour Pierre Fillon, "on travaille avec Carlos Tavares, on travaille avec d'autres constructeurs, et on travaille surtout à la réduction des coûts. On a eu des technologies très innovantes avec les systèmes hybrides mais la concurrence est tellement forte entre Porsche Audi et Toyota, qu'ils ont développé des systèmes encore plus sophistiqués et c'est comme ça que les coûts montent. Nous travaillons depuis deux ans à limiter les coûts. Par exemple, on limite les essais, on limite le nombre de personnes autorisées à travailler dans les équipes, on limite les développements aérodynamiques et on va aller plus loin. On va rester dans l'innovation mais sans aller dans de multiples systèmes hybrides. Il y aura UN seul système pour la voiture de demain".

Le mans Resort à pris du retard

"On continue à travailler sur le chantier de Le Mans Resort", le grand projet du parc sur l'automobile. "Ça a pris un peu plus de temps que prévu. Cette année, on a fait beaucoup d'études en terme de possibilités de fréquentation. Le premier édifice sera sûrement un hôtel au niveau de l'entrée Est des 24h et ce sera pour début 2018."

Je ne peux pas faire de politique

Enfin , forcément, quand on sait que Pierre Fillon est le frère de François Fillon, candidat à l'élection présidentielle, on lui demande si il va s'engager dans la campagne. Et là sans éluder la question, il répond très rapidement : "vous savez quand on est à la tête d'un grand club international comme l'automobile club de l'Ouest, on ne peut pas faire de politique".