Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de l'état d'urgence : la salle de prière de Fontenay-aux-Roses rouvre

vendredi 3 novembre 2017 à 12:40 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

La fin de l'état d'urgence conduit à la réouverture de la salle de prière musulmane de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) ce vendredi. Elle avait été fermée le 29 septembre 2017 dans le cadre de l'état d'urgence.

Salle de prière à Fontenay-aux-Roses
Salle de prière à Fontenay-aux-Roses © Maxppp - Ariane Riou

Fontenay-aux-Roses, France

La réouverture de la salle de prière musulmane a lieu ce vendredi à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). La salle avait été fermée dans le cadre de l'état d'urgence. L'état d'urgence ayant pris fin, l'Association des musulmans de Fontenay-aux-Roses (Amfar) a pu récupérer les clefs jeudi et elle compte ouvrir ce vendredi à 15h pour le public. L'Association avait déposé un référé devant le tribunal administratif pour contester la fermeture. Elle va donc abandonner les poursuites.

La préfecture prend acte

De son côté la préfecture prend acte. "Les éléments qui ont permis de fermer la salle ne suffisent plus au regard de la loi actuelle", assure-t-elle. La préfecture reprochait aux responsables de la salle de prière, située dans le quartier du Paradis à Fontenay-aux-Roses, d'avoir laissé tenir des propos constituant "une provocation à la haine ou à la violence".

L'association des musulmans de Fontenay-aux-Roses contestait la fermeture

L'arrêté précisait que des propos indiquant que "les terroristes étaient des musulmans ayant le foi" ou encore "distinguant clairement les musulmans d'une part et les chiens de mécréants d'autre part" avaient été tenus dans cette salle. Ces affirmations avaient été vigoureusement contestées par les responsables de la salle de prière qui avaient fourni les enregistrements des prêches aux autorités. Ils avaient reçu le soutien de la mairie.

Selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, il y a 18 lieux de culte musulman qui font l'objet de fermetures administratives. Neuf étaient toujours fermés fin septembre 2017.