Société

Fin de la cantine gratuite pour les plus pauvres : le maire FN du Pontet s'explique sur France Bleu

Par Marina Cabiten, France Bleu Vaucluse jeudi 26 juin 2014 à 12:49 Mis à jour le jeudi 26 juin 2014 à 14:50

La cantine scolaire sera-t-elle payante pour tous au Pontet ?
La cantine scolaire sera-t-elle payante pour tous au Pontet ? © MaxPPP

Au Pontet dans le Vaucluse, le nouveau maire Front national veut supprimer la gratuité de la cantine pour les plus modestes. Cette mesure a provoqué un tollé parmi les opposants à l'élu frontiste. Joris Hébrard a défendu ce projet jeudi sur France Bleu.

"Vous pouvez vous regarder dans la glace, le matin ?" : une auditrice de France Bleu a interpellé jeudi Joris Hébrard, maire du Pontet dans le Vaucluse, dont le projet de supprimer la cantine gratuite pour les plus démunis choque certains élus et parents d'élèves. C'est en raison de cette polémique qu'il a accepté d'être en direct sur France Bleu pour se défendre.

"La cantine n'est pas obligatoire"

C'est le premier argument de Joris Hébrard, qui ajoute qu'aucun parent d'élève n'est venu se plaindre à ce jour. Pour lui, il faut que les gens se responsabilisent davantage :

"Si les gens n'ont pas le dernier téléphone, un écran plat, qu'ils arrêtent de fumer, ils peuvent nourrir leurs enfants" - Joris Hébrard

Pour les familles en difficulté, le maire souligne qu'un tarif réduit demeure.

Il y avait 65 enfants concernés par cette gratuité l'an passé selon Joris Hébrard, qui compte avec cette mesure économiser 30.000 euros sur un budget global de la commune de 50 millions d'euros. Une volonté de réaliser des économies que le maire défend, sur le fond comme sur la forme. Impossible par exemple d'augmenter les impôts, explique le maire, en rappelant que l'ancienne équipe communale a selon lui accablé les habitants de taxes. "Ce n'est pas de ma faute s'il y a des pauvres", conclut-il sur ce sujet.

Un maire mieux payé que son prédécesseur

L'autre versant de la polémique concerne l'indemnité du maire du Pontet. L'opposition municipale l'accuse de l'avoir augmentée de 44% par rapport au maire précédent, soit 1.000 euros par mois . Joris Hébrard reconnaît au micro France Bleu cette augmentation, mais l'explique par le fait que son prédécesseur cumulait plusieurs mandats. Sur le montant actuel, le maire assure qu'il s'agit de "l'indemnité réglementaire".

Réécoutez l'interview de Joris Hébrard >

Joris Hébrard sur France Bleu - BLEU NATIO WEB