Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de la grève à la clinique Saint-Grégoire près de Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

Après dix jours de mobilisation, les salariés de la clinique privée Saint-Grégoire ont obtenu des augmentations de salaire et de nouvelles discussions autour de l'organisation du travail.

Les salariés ont défilé autour de l'hôpital à plusieurs reprises.
Les salariés ont défilé autour de l'hôpital à plusieurs reprises. © Radio France - Benjamin Fontaine

Saint-Grégoire, France

Il aura fallu dix jours de mobilisation, des manifestations et une réunion en préfecture pour qu'ils obtiennent ce qu'ils demandaient. Les salariés de la clinique Saint-Grégoire près de Rennes ont décidé ce jeudi 3 avril de stopper leur mouvement de grève entamé le lundi 25 mars. Lors d'une nouvelle réunion avec la direction, l'intersyndicale a signé un protocole de sortie de grève.

Une augmentation des salaires en deux temps

"Notre direction a accepté de démarrer dès ce jeudi les négociations sur les salaires et les conditions de travail. C'est ce que nous demandions depuis le début," explique Fabienne Le Buhan, déléguée CGT. "Nous partons avec une augmentation de salaire de 0,7% au 1er avril et 0,3% au 1er juillet. Nous avons aussi des engagements sur le fonctionnement des blocs opératoires. Il faut arrêter de les surchargrer. Il va aussi y avoir un nouvel audit du personnel dans les services pour évaluer les besoins."

L'intersyndicale a soumis ces propositions aux 235 salariés mobilisés ce mercredi à la clinique. Parmi ces votants, 67% ont accepté de stopper le mouvement. "C'était un mouvement inédit à la clinique, il y a forcément des gens méfiants ou un peu déçus mais d'autres qui sont aussi soulagés. A nous d'être vigilants pendant les négociations qui vont démarrer."