Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de la mobilisation des surveillants pénitentiaires à la prison de Saran

vendredi 26 janvier 2018 à 19:00 Par Etienne Escuer, France Bleu Orléans

Le principal syndicat de surveillants pénitentiaires Ufap-Unsa a décidé d'accepter l'accord proposé par le ministère de la Justice. Si les deux autres syndicats (FO et CGT) ont fait part de leur mécontentement et appellent à poursuivre le mouvement, le blocage est levé à la prison de Saran.

Le blocage de la prison de Saran est terminé.
Le blocage de la prison de Saran est terminé. © Radio France - Etienne Escuer

Saran, France

C'est la fin de près de deux semaines de lutte. Ce vendredi, l'Ufap-Unsa a annoncé avoir accepté les propositions de la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, pour sortir de la crise. Un accord après un vote interne des représentants régionaux.

FO et la CGT rejettent cet accord

Parmi les mesures, le texte prévoit notamment d'améliorer la gestion des détenus radicalisés, avec la construction de 1.500 places dans des quartiers spécifiques. Le ministère s'est aussi engagé sur la création de 1.100 emplois, et va débloquer une enveloppe de plus de 30 millions d'euros allouée aux compléments d'indemnités des surveillants. "Personnellement, j'aurai voulu plus. Mais la raison me fait dire que c'est quelque chose de satisfaisant", confie Angui Anassé, secrétaire régional de l'Ufap. Pour lui, sur l'aspect sécurité, le plus important, son syndicat a été écouté.

"S'assurer que les mesures soient mises en place" - Angui Anassé, Ufap-Unsa

Un accord jugé toutefois insuffisant selon les autres syndicats, Force Ouvrière et la CGT, qui avaient annoncé dès jeudi rejeter l'accord. Ce vendredi, le secrétaire général FO, au niveau national, parle même de "trahison", et va consulter la base pour décider d'éventuelles suites du mouvement.

A Saran, les agents, y compris ceux de FO, ont toutefois repris le travail dans la journée. Devant la prison, les pneus et les palettes ont été enlevés, et tout a été nettoyé. Ne reste toute juste que quelques tas de cendres dont s'échappe une légère fumée. Les quelques agents syndiqués FO croisés n'ont pas envie de s'exprimer, et confient être "dégoûtés". De son côté, Angui Anassé, de l'Ufap, assure que désormais les organisations syndicales seront bien là pour "s'assurer que les mesures soient mises en place."