Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de la trêve hivernale vendredi soir, les associations s'inquiètent de la hausse du nombre d'expulsions

vendredi 31 mars 2017 à 15:04 Par Tifany Antkowiak, France Bleu

La trêve hivernale touche à sa fin vendredi soir, et pour des milliers de familles, la menace d'expulsion revient après cinq mois d'interruption. Des expulsions de plus en plus nombreuses selon les associations, comme la Fondation Abbé Pierre, qui appelle à "stopper la dérive".

Plusieurs associations demandent qu'aucune expulsion ne se fasse sans solution de relogement.
Plusieurs associations demandent qu'aucune expulsion ne se fasse sans solution de relogement. © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Après une trêve de cinq mois, les expulsions locatives (ainsi que les coupures de gaz et d'électricité) sont à nouveau autorisées à partir de samedi en cas d'impayés. Une menace qui pèse sur les épaules de milliers de familles.

Plus de 14.000 expulsions avec intervention des forces de l'ordre

En 2015, 168.775 procédures judiciaires ont été intentées en vue d'une expulsion locative et environ 127.000 ont abouti à une décision d'expulsion, selon le dernier bilan annuel de la Fondation Abbé Pierre. Et la fondation a recensé près de 14.400 expulsions avec le concours de la force publique, dernière étape, si aucune solution n'est trouvée. Cela représente une hausse de 24% sur un an.

Il faut "stopper la dérive", écrit la fondation dans un communiqué. Elle appelle les candidats à la présidentielle "à faire de l'expulsion une exception".

Manifestation samedi à Paris

Jeudi, des familles menacées d'expulsion se sont installées place de la République à Paris. Elles comptent y camper quatre jours pour "dénoncer cette situation dans une campagne où les candidats à la présidentielle ont oublié cette question du logement", a déclaré sur place Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au Logement (Dal).

Samedi après-midi, une manifestation est organisée à Paris pour "nos droits contre leurs privilèges", à l'appel d'un collectif éponyme.

Taux d'effort des locataires multiplié par deux en 20 ans

L'augmentation des loyers, la spéculation immobilière, ajoutées aux difficultés personnelles que peuvent rencontrer les locataires (divorce, chômage,...) tout cela concourt à maintenir un nombre élevé d'expulsions, le plus souvent provoquées par des situations d'impayés, selon les associations. Entre 1984 et 2013, le taux d'effort des locataires (part des revenus consacrée au loyer et charges) a été multiplié par deux, souligne le Dal.

Les associations exigent qu'aucune expulsion ne se produise sans solution de relogement, et insistent sur la nécessité de construire massivement des logements, en particulier des logements sociaux accessibles aux petits revenus.

La fin du mois de mars marque aussi la fermeture de places d'hébergement spécialement ouvertes pendant les mois d'hiver, perspective qui inquiète le monde associatif. La ministre a annoncé mi-mars la création de 5.000 places supplémentaires portant à plus de 125.000 nombre de places d'hébergement à la sortie de l'hiver.

Le bilan des expulsions ces 15 dernières années. - Visactu
Le bilan des expulsions ces 15 dernières années. © Visactu -