Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin de vie : la députée du Cher Nadia Essayan, hostile à la proposition ouvrant un droit à l'euthanasie

-
Par , France Bleu Berry

Un sujet sensible et toujours très polémique. Jeudi prochain, l'Assemblée nationale doit examiner, une proposition de loi controversée, créant un droit à l'euthanasie. 3 000 amendements ont été déposés et notament par la députée Modem du Cher Nadia Esssayan, hostile à ce texte.

La députée du Cher Nadia Essayan au perchoir de l'Assemblée Nationale
La députée du Cher Nadia Essayan au perchoir de l'Assemblée Nationale

C'est ce jeudi 8 avril que l'Assemblée nationale doit examiner la proposition de loi du député PRG de La Rochelle (groupe Libertés et Territoires) Olivier Falorni. Un texte qui propose d'introduire dans notre législation, un "droit à une assistance médicalisée permettant, par une aide active, une mort rapide et sans douleur" et ce, cinq ans après la loi Claeys-Leonetti, laquelle autorise la sédation profonde et continue. 

Une obstruction parlementaire ?

Cette proposition de loi d'Olivier Falorni, qui créée un droit à l'euthanasie pour les personnes souffrant d'une pathologie incurable, est très controversée. Pas moins de 3 000 amendements ont été déposés, dont 2 300 par une poignée de députés LR, hostiles au texte, ce qui rend quasiment impossible son examen ce jeudi. Une "guerilla parlementaire" dénoncée ce week-end par 270 députés, de tous bords politiques, qui ont signé une tribune dans le Journal du Dimanche, pour réclamer un débat et un vote sur l'élargissement de la législation sur la fin de vie et donc sur l'euthanasie. Parmi les signataires, les députés du Cher Loïk Kervran (Agir Ensemble) et François Cormier-Bouligeon (La République en Marche).

La député Nadia Essayan

En revanche, la députée du Cher Nadia Essayan (Modem) a fait savoir ce lundi qu'elle était hostile à la proposition de son collègue de Charente-Maritime Olivier Falorni. Pour la parlementaire qui a déposé également des amendements, cette proposition de Loi d'Olivier Falorni n'est pas acceptable : "L'euthanasie, c'est ouvrir le droit à quelqu'un de mettre fin à la vie d'un autre, point. Et ça, ce n'est pas la société que je souhaite, parce qu'à partir du moment ou on ouvre ce droit, je pense qu'il peut y avoir beacuoup d'abus et notamment par rapport aux personnes les plus fragiles, c'est à dire des personnes qui sont très âgées, qui coûtent à la société parce qu'elles sont dépendantes". Pour Nadia Essayan, "On ouvre la porte à tout cela...dans la grandre majorité de situations, avec la loi Claeys-Leonetti, on arrive à un équilibre qui est assez fin. On a une réponse pour la plus part des situations et quand on ne l'a pas, il faut travailler pour l'avoir ; médicalement, on peut encore avancer pour avoir un meilleur accompagnement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess