Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fin de vie : le député MODEM Jean-Pierre Cubertafon favorable à une nouvelle loi

vendredi 2 mars 2018 à 12:20 Par Paul Barcelonne, France Bleu Périgord

S'il n'a pas signé la tribune des 156 députés, ce mercredi, dans le journal Le Monde, le député MODEM de la Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon se dit favorable, sur France Bleu Périgord, à une nouvelle loi sur la fin de vie.

Le député Jean-Pierre Cubertafon se dit favorable à une nouvelle loi sur la fin de vie
Le député Jean-Pierre Cubertafon se dit favorable à une nouvelle loi sur la fin de vie © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Dordogne, France

Vieux de 20 ans, le débat sur l'euthanasie et la fin de vie connait toujours autant de rebondissements. Mercredi, 156 députés (dont 122 LREM) ont demandé, via une tribune dans le journal Le Monde, une nouvelle loi sur la fin de vie. S'il n'a pas signé cette tribune, Jean-Pierre Cubertafon, le député MODEM de la Dordogne, plaide lui aussi pour une nouvelle loi. "Il faut un droit au choix, c'est ma conviction" explique Jean-Pierre Cubertafon "J'ai vécu dans ma famille une période de plusieurs mois, plusieurs années, où il y avait une agonie très pénible". Le député de la Dordogne promet de mettre l'accent, lors du débat parlementaire, sur les directives anticipées

"On n'a pas de pression, chacun votera en son âme et conscience" - Jean-Pierre Cubertafon

Si le gouvernement temporise, "on ne connait pas encore la position du président de la République, il parle de faire évoluer la loi" ajoute Jean-Pierre Cubertafon "il faut savoir que nous aurons une totale liberté de vote, de choix". Le débat s'annonce houleux, délicat pour la majorité. "_Je pense que l'assemblée nationale est plus jeune, plus féminine, sociologiquement prête à légifére_r". Jean-Pierre Cubertafon espère pouvoir compléter la loi Claeys-Léonetti, instaurant un droit à la sédation profonde et continue pour les malades en phase terminale. 

Alors que se déroulent actuellement les états généraux de la bio-éthique, une pétition, signée par plus de 260 000 personnes, demande une loi autorisant l'aide active à mourir en France. Pétition publiée par le journal Libération, ce vendredi matin.