Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin des animaux sauvages dans les cirques, "un assassinat" pour le représentant de la profession

-
Par , France Bleu Provence

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili annonce ce mardi la "fin progressive" des animaux sauvages dans les 200 cirques français. Un nouveau coup dur pour le secteur déjà impacté par la crise du Covid-19. Les professionnels redoutent 3.000 suppressions de postes.

Les animaux sauvages seront interdits dans les cirques français.
Les animaux sauvages seront interdits dans les cirques français. © Maxppp - Josselin CLAIR

Vers la "fin progressive" des animaux sauvages dans les cirques en France. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili annonce ce mardi la fin des animaux sauvages dans les 200 cirques français. Un nouveau coup dur pour les professionnels du secteur qui dénoncent un véritable "assassinat".

3.000 emplois de dresseurs et dompteurs menacés

La France compte 200 cirques itinérants dont 60 animaliers. Ils accueillent pas moins de 800 animaux sauvages dont 400 à 500 fauves détaillent William Kerwich, président du syndicat des capacitaires des animaux de cirques et de spectacles. Directeur du Cirque Royal composé d'une soixantaine d'animaux, il embauche une quinzaine de salariés et redoute pour l'avenir de son activité. 

"Le cirque en France, c'est 14 millions de spectateurs", explique William Kerwich sur France Bleu Provence, "et le cirque sans animaux, c'est un million de spectateurs. On a une vraie interrogation. Est-ce que le public sera toujours là, malgré l'absence d'animaux, ou est-ce que le public s'en ira dans les parcs zoologiques par exemple ou des spectacles animaliers.

Madame la ministre nous assassine (sic) ! Même Nicolas Hulot n'a pas osé faire une telle annonce. Les écolos essaient de faire croire au public que tout est facile. Il y a des conséquences lourdes et madame la ministre va en assumer les conséquences dans les mois qui viennent".

Avec la fin programmée des animaux sauvages dans les cirques, William Kerwich estime à 3.000 le nombre d'emplois de dresseurs, de dompteurs menacés en France.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess