Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin du ramadan : "À cause du Covid-19, c’était triste", raconte une fidèle

-
Par , France Bleu, France Bleu Loire Océan

La Ramadan se termine ce jeudi 13 mai. C’est l'Aïd el-Fitr après un mois de jeûne. Mais à cause du Covid-19, il n’y a pas de grands rassemblements familiaux, ni d’embrassade.

Les gâteaux les plus vendus en ce moment dans le magasins, des Baklava (c'est délicieux !)
Les gâteaux les plus vendus en ce moment dans le magasins, des Baklava (c'est délicieux !) © Radio France - Victor Vasseur

Le dernières courses, les dernières emplettes ce mardi dans un magasin de produits orientaux à Rezé, près de Nantes. Dans le panier de Bilal, des merguez, des ailes de poulet des tranches de bœuf. "Je n’ai pas fait un vrai ramadan. J’ai fait un ramadan rafistolé", témoigne ce musulman de 31 ans, pour qui le ramadan était totalement différent cette année. "Normalement on doit se retrouver avec une grande assemblée avec toute la famille" ajoute-t-il, un brin nostalgique. 

La convivialité lui manque, se rassembler avec des amis pour dîner, aller prier à la mosquée. Il n’y a rien de tout cela cette année. "C’était triste. J’ai reçu ma fille qu’une seule fois", raconte Keltoum, une mère de famille, "les autres années, j’ai reçu les copines de mes filles, la maison était pleine. Mais cette fois, rien."

Même vaccinée, pas de grandes fêtes pour Fatma

A cause du Covid-19, l’Aïd se déroulera en petit comité. Fatma, 73 ans, ne verra pas ses huit enfants comme d'habitude : "Je vais chez ma fille. Il y aura les gâteaux, les grillades". Il y aura seulement ma fille, son mari et leur enfant. Fatma est vaccinée depuis quelques jours, mais ce n'est pas une raison, dit-elle, de reprendre les grandes retrouvailles en famille : "Ce sera un peu la fête. Mais il n’y aura pas beaucoup de monde. On ne peut même pas se faire la bise."

Fatma promet de danser "un peu tout de même, pour marquer le coup" mais se désole de ne pas avoir toute la famille autour d'elle.

"On ne pourra pas sourire, ni rigoler avec les anciens"

Dans ce magasin, forcément, l’affluence a augmenté ces dernières semaines, avec le ramadan. Mais le patron Eyyup Zéki constate un changement d’habitude : "C’est très spécial cette année, comme l’an dernier. C’est un peu plus crispé par rapport aux autres années. Il y a plus d’achats individuels que groupés. Normalement, on se rassemble, on est beaucoup plus nombreux, donc on fait des plus grosses courses."

Eyyup Zéki, le patron du magasin, sert des Baklavas.
Eyyup Zéki, le patron du magasin, sert des Baklavas. © Radio France - Victor Vasseur

Eyyup Zéki conclu : "On ressent une tristesse. Il y a un manque, de pas pouvoir manger, consommer avec les anciens, les plus vieux. C’est ça aussi le ramadan, aller les voir. On ne pourra pas sourire, ni rigoler."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess