Société

Florence Cassez : "Je suis plus forte aujourd'hui"

Par Eric Turpin, France Bleu Nord lundi 3 février 2014 à 7:00

Florence Cassez, avec sa mère, à son arrivée à l'aéroport de Roissy.
Florence Cassez, avec sa mère, à son arrivée à l'aéroport de Roissy. © Maxppp

Un an après sa libération, Florence Cassez sort un livre "Rien n'emprisonne l'innocence" co-écrit avec Eric Dussart, grand reporter à la Voix du Nord. La lilloise de 39 ans raconte son arrestation, ses sept années de prison, son retour et sa difficile reconstruction. Elle a accordé un entretien à France Bleu Nord.

« J’ai voyagé,  je me suis marié, j’ai écrit un livre, j’ai rencontré beaucoup de gens qui m’ont soutenu et que je ne connaissais pas  ». Florence Cassez n’a pas eu le temps de s’ennuyer depuis son retour en France le 23 janvier 2013.

« La première chose que j’ai faite, c’est embrasser mes parents et aller avoir ma grand-mère  », raconte-t-elle à Julien Wzorek sur France Bleu Nord. « Depuis un an, je vis sur des émotions. Ca a été très dur pour mes proches  ».

Florence Cassez a passé sept ans en prison au Mexique pour des enlèvements qu’elle a toujours niés. Dans son livre « Rien n’emprisonne l’innocence » paru aux éditions Michel Lafon, elle revient sur son arrestation, ses années en cellule, sa sortie de prison et son retour difficile.

« Beaucoup de choses ont changé en sept ans  », confie la française de 39 ans. « Ça m’effraie énormément. Je me suis retrouvé dans les magasins à ne plus savoir quoi acheter. Il y avait trop de choix. Et puis il y avait trop de monde. Ça faisait beaucoup de choses en même temps  ».

"C'est trop de liberté d’un seul coup"

« D’un seul coup la liberté, on n’imagine plus la foule, le monde extérieur. Décider ce que l’on va faire ou pas, avoir le choix, c’est trop de liberté d’un seul coup  » explique Florence Cassez. Mais elle ajoute aussitôt qu’elle a beaucoup mûri, appris à relativiser. Elle se sent plus forte : « Je ne suis plus la même, mais l’essence est la même  ».

Quelques mois seulement après sa libération, la jeune femme a épousé un membre de son comité de soutien. Il s’appelle Fausto. Il travaille dans un groupe hôtelier. Il lui avait rendu visite en 2009 dans sa prison au Mexique.

« Je suis parti vivre à Annecy avec lui dès le début  », raconte Florence Cassez . « Un jour, il m’a emmené au bord du lac. Il m’a demandé de regarder le paysage, le lever du soleil. Il m’a fait sa demande. C’était très romantique. Il tremblait. J’ai dit oui tout de suite. C’était une évidence  ».

« Je suis innocente et je veux que ça se sache »

Florence Cassez a eu besoin d’écrire un livre pour dissiper les doutes sur son innocence. « Depuis un an, j’entends des gens qui me disent qu’ils n’ont pas compris l’histoire mais qu’ils sont contents pour moi  »., explique-t-elle. « C’est magnifique mais je trouve que c’est grave ! Oui je suis innocente et je veux que ça se sache  ».

Au Mexique, la justice a ouvert une enquête en avril dernier à l’encontre des fonctionnaires impliqués dans l’affaire. Il est aujourd’hui reconnu que l’arrestation de Florence Cassez et de son ancien compagnon avait été un montage policier et médiatique. « Pour l’instant, les gens qui sont impliqués, ne sont pas inquiétés. Impunité totale, comme toujours au Mexique  », s’insurge la lilloise.

> Écoutez Florence Cassez dans l'émission Rencontres en Nord de lundi à vendredi de 13h30 à 14h et dimanche de 16h à 17h avec Julien Wzorek. 

/node/75f0f16a-88be-11e3-b54c-782bcb7402be

Partager sur :