Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Floriane, 18 ans, harcelée pour sa défense de la laïcité

Floriane Gouget est étudiante en soins infirmiers. Elle est aussi militante engagée pour le respect de la laïcité. A ce titre la jeune Avranchinaise subit des attaques répétées et du harcèlement sur les réseaux sociaux. Mais ça ne la fait pas taire.

Floriane Gouget, élève infirmière, et militante pro-laïcité menacée sur les réseaux sociaux
Floriane Gouget, élève infirmière, et militante pro-laïcité menacée sur les réseaux sociaux -

C'était en octobre dernier. Sur les réseaux sociaux, Floriane Gouget postait un message de soutien à la jeune Mila, victime d'un déferlement de menaces depuis un message critique sur l'Islam en janvier 2020. C'est le début des ennuis pour Floriane qui se retrouve à son tour victime de harcèlement, et destinataire de messages de haine et de menaces de mort. La jeune femme portera plainte.

Elle revendique le droit au blasphème

Floriane Gouget habite Paris. Elle est une étudiante en soins infirmiers. L'an dernier, elle terminait ses années lycée à Avranches, où réside sa famille. C'est en 2015, lors des attentats de Charlie Hebdo et à l'occasion des manifestations qui ont suivi qu'elle se retrouve confrontée pour la première fois à la notion de laïcité et à la question du droit à la critique des religions. Les années passant, elle travaille le sujet et se forge son opinion, au point de devenir, presque malgré elle, une militante pro-laïcité. 

J'ai du mal avec le terme de militante. Je ne conçois pas qu'aujourd'hui encore il faille militer pour défendre la laïcité. C'est un concept qui devrait être respecté et ne souffrir aucune contestation en France.

Ce qui a mis le feu au poudre dans son message de soutien à Mila, c'est qu'elle y défend l'idée qu'en France, toute religion doit accepter la critique et que l'Islam ne fait pas exception. Floriane Gouget défend ainsi le droit au blasphème et pointe du doigt une différence fondamentale.

Nous critiquons une idée, ce qui est légal en France, lorsque ceux qui nous harcèlent s'en prennent à des personnes, ce qui est illégal. Ceux qui m'accusent de blasphème me reprochent de ne pas respecter les injonctions religieuses d'une religion à laquelle je ne crois pas. Si on se soumet, cela veut dire qu'on devrait suivre les injonctions de toutes les religions. Alors on ne vit plus !

Cette défense de la laïcité, la jeune femme la "pratique" désormais dans une association, Dernier Espoir, cofondée avec un autre étudiant, Mathys Dupuis, avec lequel elle a publié dans l'hebdomadaire Marianne en mars dernier, une tribune appelant à ne pas avoir peur de défendre la laïcité et dénonçant les accusations d'islamophobie dont font l'objet ses militants. 

La responsabilité des réseaux sociaux

Mais ce que dénonce également Floriane Gouget, c'est le rôle des réseaux sociaux dans ces campagnes de harcèlement. En février dernier, le réseau Twitter la menace de bloquer son compte si elle ne change pas sa photo de profil. La jeune femme a choisi de figurer avec la Une de Charlie Hebdo publiée à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015, et sur laquelle on peut voir les caricatures à l'origine de l'affaire.

Pour Twitter, je ne respectais pas les règles concernant les propos haineux ! A partir du moment où un réseau social est disponible en France, il devrait respecter les lois de la République et permettre la liberté d'expression tant qu'elle reste dans les limites de la loi. Au lieu de cela, les réseaux nous censurent et laissent des individus organisés nous menacer de mort.

Cette photo choisie comme profil Twitter était jugée haineuse par le réseau social.
Cette photo choisie comme profil Twitter était jugée haineuse par le réseau social. - Marie-Aude Raffin

Finalement, la photo de profil sera retweetée par différentes personnalités comme l'essayiste Caroline Fourest ou encore le philosophe Raphaël Enthoven et par de nombreux anonymes, et le réseau social n'ira pas au bout de sa menace. Le compte n'a pas été fermé. En revanche, le mois dernier, ce même compte a été piraté et les données personnelles de la jeune femme ont été rendues publiques. Le commissariat de son quartier est au courant et reste attentif à sa situation.

On est obligé de prendre cela au sérieux, d'alerter les forces de l'ordre. La dernière personne dont des données permettant de la retrouver ont été publiées sur les réseaux sociaux, c'est l'enseignant Samuel Paty. On sait ce qui est arrivé. Je ne me considère pas comme une cible principale, mais je suis une cible facile.

Malgré les menaces et le harcèlement, Floriane Gouget ne compte pas s'arrêter. L'association Dernier Espoir a lancé un concours de caricatures. Elle voit aussi d'un bon oeil le lancement récent d'Etats généraux de la laïcité par le gouvernement, même si elle attend de voir ce qui en sortira. Elle envisage de lancer des Etats généraux similaires à destination de la jeunesse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess