Société

Foot : la LFP porte plainte après des menaces de mort visant Frédéric Thiriez

Par Germain Arrigoni, France Bleu mardi 14 avril 2015 à 13:20

Frédéric Thiriez, le président de la LFP
Frédéric Thiriez, le président de la LFP © Maxppp

Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de football professionnelle, a été victime de "nombreuses menaces de mort" avant la finale de la Coupe de la Ligue entre le PSG et Bastia. Selon "Le Parisien" ce mardi, la LFP a décidé de porter plainte.

La finale de la Coupe de la Ligue remportée samedi par le PSG face à Bastia (4-0) continue de faire des vagues sur le plan extra sportif.

La Ligue de football professionnel (LFP) a demandé à son avocat de porter plainte contre X pour menaces de mort visant Frédéric Thiriez rapporte Le Parisien , mardi. 

Nombreuses menaces

Frédéric Thiriez a été victime de "nombreuses menaces", y compris sur les réseaux sociaux, avant même la rencontre précise le quotidien. 

Une menace a même été inscrite sur la Fontaine des Innocents dans le 1er arrondissement de Paris où des échauffourées ont éclaté entre supporters bastiais et forces de l'ordre samedi. On peut y lire : "Thiriez va connaître le même chemin qu'Erignac", en référence au préfet assassiné à Ajaccio en 1998. 

Une menace inscrite sur la Fontaine des Innocents dans le 1er arrondissement de Paris - Aucun(e)
Une menace inscrite sur la Fontaine des Innocents dans le 1er arrondissement de Paris - - capture d'écran

Des menaces prises au sérieux par les autorités qui ont placé sous surveillance le siège de la Ligue ce week-end. 

Climat tendu entre la LFP et Bastia

Le jour de la finale, la Ligue a finalement modifié le protocole d'avant-match qui prévoyait que le président se rende sur la pelouse pour saluer les joueurs et les arbitres. Sur France Bleu , Frédéric Thiriez estime s'être "sacrifié" pour que tout se passe bien. 

Un contexte tendu depuis plusieurs années avec notamment le refus de la Ligue d'accepter la demande du club corse de faire du 5 mai un jour sans match en France, en mémoire de la catastrophe de Furiani, qui avait fait 18 morts le 5 mai 1992. 

Les Bastiais jugent également les sanctions de la LFP disproportionnées en raison de débordements des supporters corses à domicile.