Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Foot : pourquoi le club de Lille s'est métamorphosé en une saison

-
Par , France Bleu Nord

Ce dimanche, les footballeurs lillois ont l'occasion de finir définitivement deuxièmes du championnat de France de Ligue 1 et d'obtenir une place directement qualificative pour la Ligue des Champions la prochaine saison. Retour sur un an de galère et d'espoir du club lillois.

Rafael Leao, Nicolas Pépé et Jonathan Bamba fêtent un but lors du match Lille-Nice, le 5 novembre 2018
Rafael Leao, Nicolas Pépé et Jonathan Bamba fêtent un but lors du match Lille-Nice, le 5 novembre 2018 © Maxppp - Baziz Chibane

Lille, France

C'était il y a un an. Le 5 mai 2018, Lille est avant-dernier du championnat, menacé de jouer dans la division inférieure la saison suivante. C'est la mobilisation générale pour le déplacement périlleux à Toulouse. Le club, en froid avec ses supporters depuis l'invasion de la pelouse par ses abonnés mécontents des mauvais résultats, organise une cohorte de bus pour la ville rose, paye même le billet. Un millier de fans des Dogues déboulent alors à Toulouse. Ils sont rejoints par un ancien joueur du club, l'Argentin Fernando d'Amico, qui évoluait sous l'ère Vahid Halilodzic. L'ancien milieu vient en famille, en voiture, depuis le sud-est de l'Espagne pour soutenir son "club de coeur : C'est un jour que je n'oublierai jamais dans ma vie. J'ai fait le cortège jusqu'au stade dans la ville avec les supporters.

Juste avant, on est allé à Lourdes avec ma femme pour prier pour le Losc. J'avais demandé une messe pour le club.

Prière exaucée. Le Losc, mené 2-1 à 10 minutes de la fin, inverse la vapeur grâce à un but de Bissouma (80ème) et Pépé (82ème). Le club nordiste l'emporte 3-2 et sort de la zone rouge.

Comment en un an, le Losc s'est retrouvé de l'antichambre de la Ligue 2 aux portes de la Ligue des Champions

Alexandre Slowik a 24 ans. Ce supporter des DVE (Dogues Virage Est) est abonné depuis 5 et se souvient de l'ambiance tendue la saison passée. Venir au stade cette saison est un vrai bonheur : 

Je n'y viens plus avec la boule au ventre que j'avais l'an dernier avec la peur de la défaite, de la descente.

Alexandre Slowik, supporter des Dogues Virage Est - Radio France
Alexandre Slowik, supporter des Dogues Virage Est © Radio France - Stéphane Barbereau

La recette qui marche : les choix du coach, les joueurs et le mental

Que s'est-il passé en un an au Losc ? Lorsque l'on regarde l'équipe, les trois quarts des joueurs "cadres" étaient déjà là la saison passée, à commencer par le buteur vedette de l'équipe : Nicolas Pépé. Le maître à jouer lillois, Thiago Mendes était également dans l'équipe tout comme Luiz Araujo, Adama Soumaoro. Il y a quand même eu l'apport de joueurs expérimentés à commencer par l'international portugais José Fonte, en défense. Le président de l'association Losc, qui s'occupe notamment du centre de formation, Patrick Robert a sa petite idée pour expliquer le beau parcours lillois 2018/2019 : 

Il y a une prise de conscience de tout ce qui n'a pas marché l'année dernière.

"Le coach a co-géré l'intersaison et le recrutement a permis de boucher les trous en matière d'expérience qu'il y avait la saison dernière".  Le Losc s'est aussi évité un psychodrame sur le banc comme en début d'année dernière avec le départ très mouvementé de l'entraîneur argentin Marcelo Bielsa.

Il y a les choix stratégiques payants de l'entraîneur Christophe Galtier et puis il y a eu une spirale de victoires dès le début de la saison qui a tout changé pour Alexandre Slowik : 

C'est beaucoup dans les têtes. L'année dernière, il y avait tout un contexte défavorable : les résultats, les problèmes financiers, les médias.

"Sur le papier l'an dernier, on n'avait pas une équipe pour finir 17ème tout comme on n'a pas cette année une équipe qui ambitionnait aussi. Tout est inversé cette année, les joueurs sont heureux, ils se connaissent. C'est plus dans les têtes que dans le talent que tout a changé".