Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Football féminin : les jeunes joueuses de Trélissac luttent contre les préjugés

-
Par , France Bleu Périgord

La coupe du monde de football féminin débute en France ce vendredi 7 juin. Les préjugés sur le football et les femmes ont encore la peau dure. France Bleu Périgord est allé à la rencontre des jeunes footballeuses de la future section football du lycée Saint-Joseph de Périgueux.

Les jeunes joueuses veulent plus de visibilité dans le football.
Les jeunes joueuses veulent plus de visibilité dans le football. © Radio France - Simon Soubieux

Trélissac, France

Alors que la coupe du monde de football féminin débute le vendredi 7 juin prochain, France Bleu Périgord est allé à la rencontre des jeunes footballeuses de la future section football du lycée Saint-Joseph de Périgueux. Elles le disent : les femmes ont encore une place à se faire dans le football. 

"Nous ne sommes pas assez mises en avant dans le football. Il y a toujours les hommes en premier, puis ensuite les femmes." Léa, 14 ans

Elles s'appellent Candice, Laurine, Lisa. Elles ont 14 ou 15 ans. Elles sont passionnées de football et le pratiquent depuis qu'elles sont petites. Si elles concèdent que les mentalités ont déjà changé depuis quelques années, elles veulent une meilleure place pour les femmes dans le football : "J'entends beaucoup d'idées reçues. Le football ne serait pas un sport de femme. Ce sont des choses que j'entends quotidiennement de la part des hommes.", raconte Laurine. "Nous ne sommes pas assez mises en avant dans le football. Il y a toujours les hommes en premier, puis ensuite les femmes.", poursuit Léa. 

"Cette coupe du monde peut changer beaucoup de choses !" Sacha, 15 ans

Des propos que confirme Emma, l'une des formatrices du Trélissac FC : "Il n'y a encore pas si longtemps, certains parents refusaient d'amener leur fille au football car ils avaient peur qu'elle se fasse mal, qu'elle se blesse. Ce ne sont pas des questions que l'on se pose pour les garçons.

La coupe du monde est l'occasion de changer les mentalités.  - Radio France
La coupe du monde est l'occasion de changer les mentalités. © Radio France - Simon Soubieux

Cette coupe du monde féminine organisée en France peut permettre de faire évoluer les mentalités, pensent-elles : "Cette coupe du monde peut changer beaucoup de choses !", commence Sacha. 

"Si la France va loin dans la compétition, il y aura beaucoup de médiatisation. Cela pourrait donner envie aux jeunes filles de s'inscrire dans les clubs de France. Cela va aussi permettre de montrer aux yeux de tous que le football féminin est d'aussi bonne qualité que le football masculin ! Casser les préjugés, ça commence par ça", s'enthousiasme Laurine. 

Choix de la station

France Bleu