Société

Fortes chaleurs : la centrale nucléaire du Tricastin contrainte de ralentir temporairement un de ses réacteurs

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 23 juillet 2015 à 6:00

Centrale nucléaire du Tricastin
Centrale nucléaire du Tricastin © Radio France

Chaleurs caniculaires et centrales nucléaires ne font pas bon ménage. Le week-end dernier, EDF a dû ralentir le fonctionnement d'un de ses réacteurs sur la centrale du Tricastin dans la Drôme pour être dans les clous des règles environnementales fixées par l'Autorité de Sûreté Nucléaire.

Le Réseau Sortir du Nucléaire s'inquiète du fonctionnement des centrales nucléaires en période de canicule et de sécheresse. Les fortes chaleurs ont en tout cas des conséquences pour EDF. L'exploitant a dû ralentir le week-end dernier, pendant 24 heures, l'un de ses réacteurs à Tricastin dans la Drôme. Le réacteur numéro 2 n'a tourné qu'à moitié de ses capacités. Pas pour une question de sûreté mais pour une question de respect des règles environnementales qui sont imposées par l'Autorité de Sûreté Nucléaire.

A Tricastin, la centrale puise de l'eau dans le canal Donzère-Mondragon pour refroidir les réacteurs, l'eau ressort chaude du processus et repart directement dans le canal. Or, les rejets de la centrale ne doivent pas provoquer une augmentation de la température du canal au delà de 28 degrés. Avec les fortes chaleurs extérieures, il atteint plus facilement cette température limite. Le week-end dernier, EDF n'a donc fait tourner son réacteur numéro 2 qu'à moitié de ses capacités pour limiter ses rejets d'eau chaude. C'est extrêment rare, d'autant qu'un autre réacteur est en arrêt programmé pour maintenance et que la centrale tourne donc déjà au ralenti.

A la centrale de Cruas en Ardèche, le problème ne s'est pas posé. A la différence de Tricastin, il y a des tours aéroréfrigérantes sur le site: le système fait que l'eau qui a servi à refroidir le réacteur n'est pas rejetée directement dans le Rhône.

Partager sur :