Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fouras : 11 jeunes migrants ont disparu

lundi 31 octobre 2016 à 17:12 - Mis à jour le lundi 31 octobre 2016 à 17:51 Par Mélanie Domange, France Bleu La Rochelle et France Bleu

En Charente-Maritime, à Fouras, 11 jeunes migrants manquent à l'appel ce lundi. A peine arrivés de Calais, ils sont repartis... direction l'Angleterre.

Les jeunes migrants ne sont pas restés très longtemps à Fouras (Photo d'illustration)
Les jeunes migrants ne sont pas restés très longtemps à Fouras (Photo d'illustration) © Maxppp - DR

Charente-Maritime, France

Ils sont Somaliens, Afghans, Érythréens... Ils sont arrivés progressivement depuis ce jeudi à Fouras, au centre international de séjour. Mais voilà, ils sont repartis avant la fin du week-end, par leurs propres moyens. Ils sont à peine restés quelques heures. Onze migrants sur 22 sont partis. On ignore comment ils ont fait, mais ils n'avaient qu'un objectif en tête : "rejoindre Calais puis l'Angleterre", explique Sylvie Marcilly, maire de Fouras.

Ces jeunes ont toujours voulu rejoindre l'Angleterre

Sylvie Marcilly l'assure, ces jeunes ne s'en sont jamais cachés. Ils ont toujours voulu rejoindre leurs proches de l'autre côté de la Manche. "Ils sont malheureux en Charente-Maritime", dit l'élue. Et puis autre problème soulevé par l'édile : "Que faire ? Qui prévenir après leur départ ?" Situation confuse aussi pour la Ligue de l'enseignement qui gère le centre. Elle leur fournit logement, nourriture et soins médicaux.

Sylvie Marcilly, maire de Fouras avec Nathan Mergy

L'arrivée de ses migrants mineurs avait suscité la polémique il y a quelques jours. La maire Les Républicains de Fouras avait dénoncé l'attitude de l'Etat dans une lettre ouverte au préfet. Sylvie Marcilly s'était, dit-elle, retrouvée devant le fait accompli. La préfecture de Charente-Maritime n'a pas souhaité s'exprimer.