Société

À Fourneaux en Savoie, 32 migrants venus de Calais prennent leurs marques depuis une semaine

Par Willy Moreau et Nathalie Grynszpan, France Bleu Pays de Savoie mardi 1 novembre 2016 à 20:30

Ces cinq Soudanais apprécient la vue sur les montagnes. Ils sont arrivés à Fourneaux fin octobre.
Ces cinq Soudanais apprécient la vue sur les montagnes. Ils sont arrivés à Fourneaux fin octobre. © Radio France - Willy Moreau

Fourneaux,commune de 680 habitants, à la frontière italienne, compte désormais une trentaine de résidents supplémentaires.Les réfugiés, essentiellement des Soudanais, sont arrivés de la jungle de Calais fin octobre. Une installation qui a suscité des gestes de solidarité de la population;

Invité : François Chemin, maire PS de Fourneaux

Une cinquantaine de réfugiés se sont installés, fin octobre, dans la vallée de la Maurienne. À Fourneaux, une trentaine de Soudanais sont accueillis dans une résidence à caractère social. La population se mobilise et les migrants sont contents.

Un temps d'adaptation

Une semaine après, chacun doit encore prendre ses marques. La mairie peaufine l'installation. Elle n'a appris qu'au dernier moment l'arrivée des réfugiés. Pour l'instant, dans les appartements, il y a le strict minimum : des lits, un peu d'ameublement, une cuisine. Des téléviseurs doivent être installés la semaine prochaine.

Les bénévoles doivent également trier les vêtements donnés par les habitants. La population se mobilise plutôt bien. En une semaine, plusieurs dizaines de personnes ont apporté des affaires. L'hiver est vigoureux. Isabelle Delanef, bijoutière à Modane, une ville limitrophe, a apporté des habits d'hiver.

Isabelle Delanef, habitante de Fourneaux, a apporté des vêtements chauds.

À lire aussi : Les Pays de Savoie accueillent cette semaine plusieurs dizaines de migrants de Calais

Prendre ses repères

Les trente Soudanais posent à peine leurs valises. Ils découvrent la région et apprécient le cadre.

"C'est juste à côté des montagnes. Les maisons sont jolies, tout comme les rues. Ça sent bon partout" — Osman, réfugié soudanais.

Pour l'instant, seule la barrière de la langue limite le contact avec les habitants du village. Des bénévoles vont venir donner des cours de français. Par la suite, ils espèrent pouvoir étudier et s'intégrer.

Proximité avec l'Italie

Nasredine, 26 ans, est arrivé en Europe il y a trois mois. Il n'arrive pas à évoquer son expérience en Italie. - Radio France
Nasredine, 26 ans, est arrivé en Europe il y a trois mois. Il n'arrive pas à évoquer son expérience en Italie. © Radio France - Willy Moreau

C'est le point noir. Fourneaux se situe à quelques kilomètres de la frontière italienne. Les Soudanais ont beaucoup de mal à évoquer leur arrivée là-bas. Nasredine, 26 ans, baisse la tête et son regard se vide lorsqu'il y pense. Tous espèrent ne jamais devoir franchir la frontière à nouveau. Les élus de la mairie et les bénévoles les rassurent et leur promettent un accueil durable en France.

Les réfugiés soudanais profitent de l'été indien et de la vue sur les montagnes de la Maurienne. - Radio France
Les réfugiés soudanais profitent de l'été indien et de la vue sur les montagnes de la Maurienne. © Radio France - Willy Moreau