Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Foyer épidémique de Covid-19 près de Rennes : est-ce vraiment le variant britannique ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Alors que la direction générale de la santé a annoncé ce jeudi 7 janvier qu'une professionnelle de santé de l'unité de soins longue durée du pôle gériatrique de Chantepie près de Rennes présentait une forme variante du Covid. L'agence régionale de santé de Bretagne affirme le contraire.

Les cas ont été détectés au sein de l'unité de soins longue durée.
Les cas ont été détectés au sein de l'unité de soins longue durée. © Radio France - Benjamin Fontaine

Précipitation ? Erreur ? Ce jeudi 7 janvier à 17h, la direction générale de la santé a envoyé un communiqué aux rédactions pour expliquer qu'un foyer épidémique de variante du Covid-19 avait été recensé à Chantepie près de Rennes au sein d'une unité de soins longue durée. Une heure plus tard, le ministre de la santé évoquait une variante "britannique" du virus lors d'une conférence de presse.

Le séquençage transmis dans la soirée par l'Institut Pasteur

Un peu plus tard dans la soirée, la directrice de l'établissement expliquait qu'elle n'était pas en mesure de confirmer cette information et que la majorité des résidents dépistés était asymptomatiques.

Ce vendredi 8 janvier, dans un nouveau communiqué, l'agence régionale de santé de Bretagne explique avoir reçu les résultats du séquençage transmis par l'Institut Pasteur. Il concerne le test réalisé auprès de la première professionnelle de santé de l'unité. "Ces résultats indiquent formellement que cette souche ne correspond pas au variant britannique VOC 202012/1," indique l'ARS.

Sept autres résidents et un autre professionnel de santé sont également contaminés par une forme variante du virus, mais les résultats du séquençage ne seront connus qu'en début de semaine prochaine. Il faudra attendre ces résultats pour confirmer ou non la présence du variant britannique dans l'établissement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess