Société

Française des Jeux : pour l'ancien patron, il y a eu "tromperie" envers les joueurs

France Bleu jeudi 27 février 2014 à 7:55 Mis à jour le jeudi 27 février 2014 à 10:04

Les jeux de grattage de la Française des Jeux ne laisseraient que peu de place au hasard, selon l'ancien PDG
Les jeux de grattage de la Française des Jeux ne laisseraient que peu de place au hasard, selon l'ancien PDG © MaxPPP

Tout le monde a-t-il vraiment les mêmes chances de gagner dans les jeux de grattage ? Pour l'ancien PDG de la Française des Jeux, pas du tout. Gérard Colé accuse l'entreprise d'avoir trompé les joueurs en faisant croire à "une égalité des chances qui n'a jamais existé".

Depuis 1989 et l'invention des jeux de grattage par la Française des Jeux (FDJ), "des milliers de joueurs ont été lésés ". C'est ce qu'affirme Gérard Colé, ancien président de l'entreprise, de 1989 à 1993. Il accuse la FDJ de ne pas garantir "l'égalité des chances " promise par le concept du jeu de grattage. 

Un seul gros lot par carnet de tickets ?

Gérard Colé, qui assure n'avoir été au courant de rien alors qu'il était à la tête de l'entreprise, appuie la thèse de Robert Riblet. Cet ingénieur a assigné la FDJ en justice : selon lui les tickets ne sont pas répartis au hasard, mais par livrets. Et dans trois quarts des livrets, affirmait-il, il n'y a qu'un seul "gros lot". Or, une fois ce gros lot vendu, les tickets continuent d'être vendus : pour Robert Riblet, et donc pour Gérard Colé, il y a "rupture d'égalité ". 

Mais Robert Riblet a été débouté en août dernier, et condamné à verser des dommages et intérêts à la FDJ. "J'ai été consterné par cette décision et j'ai décidé de réagir ", explique l'ancien patron, Gérard Colé. Dans un entretien accordé à l'AFP, il affirme se "tenir à la disposition des magistrats afin, s'ils le souhaitent, d'être entendu ". 

"Aujourd'hui on va enfin dire à 29 millions de joueurs que ce n'est plus 'selon Robert Riblet' que le hasard a été manipulé', mais que c'est 'selon l'ancien PDG qui était aux commandes".  — Gérard Colé, ancien PDG de la FDJ

Des dérives chez les buralistes ?

L'ex-patron affirme également que cela a donné lieu à des dérives chez les buralistes, qui rachetaient les billets restant dans un livret pour eux-mêmes, s'ils se rendaient compte que sur un même livret, il n'y avait que des tickets perdants qui avaient été achetés. Pour l'heure, la FDJ n'a pas commenté ces accusations. 

Partager sur :

Mots-clés :