Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Le célibat des prêtres aboutit à des déviations et des tendances perverses" affirme un ancien curé

lundi 5 mars 2018 à 19:27 Par Soizic Bour, France Bleu Alsace et France Bleu

Le débat du mariage des prêtres relancé avec la publication d'une lettre ouverte au pape par le curé Daniel Guidou. Chaque année des prêtres quittent l'Église pour mener une vie de couple. C'est le cas de François Boespflug, homme d'église pendant cinquante ans, qui dénonce le célibat.

François Boespflug
François Boespflug © AFP - PATRICK KOVARIK / AFP

Alsace, France

Les prêtres pourront-ils bientôt se marier ? Le débat est relancé avec la publication d'un livre, "Lettre ouverte d'un curé au Pape François", publié au début du mois par Daniel Guidou, curé de Saint-Merri à Paris. Il y demande que le corps sacerdotal s'ouvre à des hommes mariés. Il annonce aussi qu'il bénira les divorcés remariés et les homosexuels. Pour l'heure, le Vatican n'a pas encore pris position mais François estime qu'il faut « réfléchir » à la question.

J'étais frustré affectueusement et sexuellement

Du côté des prêtres, ils sont une petite poignée chaque année à quitter l'Eglise pour mener une vie de couple. C'est le cas de François Boespflug. En plus d'être prêtre, il enseignait l'histoire des religions à la fac de Strasbourg jusqu'en 2013. "Je suis entré chez les dominicains en 1965", raconte-t-il. "J'ai vraiment eu une vocation. Sauf que j'étais frustré affectueusement et sexuellement". 

50 ans chez les dominicains

François Boespflug le savait, évidemment, en devenant prêtre. "Mais je comptais sur la qualité de la vie communautaire pour supporter cette frustration", ajoute-t-il. Sauf qu'il ne la trouve pas. "J'ai donc décidé de quitter l'ordre, après y avoir passé cinquante ans tout de même". C'est là qu'il rencontre Emmanuella, avec qui il se marie en 2015. 

Le célibat obligatoire n'a plus aucune justification aujourd'hui

Pour lui, il est grand temps que l'Eglise change d'avis sur le célibat des prêtres : "Le célibat obligatoire pour accéder au sacerdoce n'a plus aucune justification ni rationnelle ni théologique", avance-t-il. "Ça n'a plus qu'une justification traditionnelle, qui date du pape Grégoire XII". 

François Beospflug - Aucun(e)
François Beospflug - DR

Crise du recrutement des prêtres

Un critère dépassé donc et qui aboutit selon lui à une crise du recrutement des prêtres. François Boespflug se souvient par exemple des effectifs au grand séminaire de Strasbourg, il y a seulement deux ans  : "Il y avait seulement dix séminaristes cette année-là à entrer dans les deux diocèses d'Alsace". 

Ouverture du sacerdoce aux femmes

Il en appelle donc au pape pour changer les règles, et va même plus loin. Pour lui, il faudrait ouvrir le sacerdoces aux femmes : "Je ne vois aucune raison ni dans l'Évangile ni dans l'anthropologie chrétienne la plus traditionnelle ni dans la théologie d’interdire le sacerdoce aux femmes. Et ne dites pas que les femmes ne sont pas faites pour ça et qu'elles sont faites pour autre chose c'est improuvable. Qu'est ce qu'attend l'Église catholique pour reconsidérer ce problème ?", se demande-t-il.

Certaines histoires de pédophilie sont secrètement reliés à un inaccomplissement affectif des prêtres

Pour François Boespflug, le célibat des prêtres n'a plus rien de bon aujourd'hui et conduit même à des déviations : "Ça aboutit à des déséquilibres, des plis dommageables pour l'affectif humain des prêtres, à des tendances perverses, il y a beaucoup je pense de déviations dont on arrête pas de parler dans la presse, en particulier des histoires de pédophilie qui sont reliés à un inaccomplissement affectif de prêtres", note-t-il. 

Pour en venir à bout, il faudrait un autre Pape que François

Pour débloquer la situation, François Boespflug pense qu'il faudrait "un autre Pape que François". "Il a encore recommandé aux prêtres d'être disponibles 24 heures sur 24 mais c'est une ânerie, aucun humain normal ne peut être disponible 24 heures sur 24, ça n'existe pas". 

Un mariage à l'église en juillet 

En France, ils sont une quinzaine chaque année à quitter l'ordination, sur un peu plus de 10.000 prêtres. Mais tous ne demandent pas leur retour à l'état laïc. François Boespflug, lui, vient de recevoir il y a une semaine le papier officiel des bureaux romains qui déclare sa réduction à l'état laïc. Il peut donc se marier à l'église, c'est prévu d'ailleurs pour juillet.