Société

François Hollande tente de réconcilier CRIF et CFCM

Par Thibaut Lehut, France Bleu mardi 24 février 2015 à 17:41

Dalil Boubakeur, François Hollande et Roger Cukierman à l'Elysée (de gauche à droite).
Dalil Boubakeur, François Hollande et Roger Cukierman à l'Elysée (de gauche à droite). © Maxppp

Le président de la République a reçu ce mardi à l'Elysée les présidents du Conseil français du culte musulman et du Conseil représentatif des institutions juives de France. L'objectif : éteindre la polémique déclenchée par des propos sur la responsabilité supposée des "jeunes musulmans" dans "toutes les violences" antisémites.

François Hollande a endossé ce mardi le costume de rassembleur, en conviant à l'Elysée les présidents du Conseil français du culte musulman (CFCM) et du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Le chef de l'Etat a expliqué qu'il voulait "rassembler les Français" et faire en sorte "qu'il n'y ait aucun doute sur notre volonté commune de lutter ensemble contre le racisme, contre l'antisémitisme" . Il a d'ailleurs précisé que cette entrevue avait été organisée "à leur demande" .Le ton était monté entre les deux chefs de communauté, après que le patron du CRIF Roger Cukierman a déclaré lundi que "toutes les violences" antisémites étaient le fait de "jeunes musulmans" . Le CFCM avait du coup choisi de boycotter le dîner annuel de l'organisation juive, auquel il était pourtant invité.

 

"Nous sommes sur le même bateau"

Après une demi-heure d'échanges, les deux hommes sont sortis sur le perron de l'Elysée pour afficher une image d'unité sous l'oeil des caméras et appareils photos. "Nous sommes sur le même bateau, nous avons le même combat à mener contre  le racisme et l'antisémitisme" , a déclaré au passage Roger Cukierman. "Nous menons ensemble ce même combat" , a-t-il ajouté, soulignant que la communauté juive avait souffert des attentats de Paris, "commis par des hommes sans doute complètement détournés des valeurs réelles du Coran" .Un plan destiné à favoriser le dialogue avec l'islam, la sécurité des musulmans et la formation de leurs représentants doit être présenté mercredi en Conseil des ministres.