Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fronde des agriculteurs : les femmes montent au créneau

jeudi 6 août 2015 à 17:10 Par Nausicaa Ferro, France Bleu Cotentin

Ce jeudi à Saint-Lô, une vingtaine d'agricultrices étaient réunies pour exprimer les difficultés qu'elles vivent dans leurs exploitations laitières, notamment à cause de la chute des prix du lait.

Les agricultrices manchoises manifestent pour la hausse des prix du lait.
Les agricultrices manchoises manifestent pour la hausse des prix du lait. © Radio France - Nausicaa Ferro

Après la fronde des agriculteurs c'est au tour de leurs femmes de monter au créneau. Ce jeudi, elles ont manifesté dans 12 départements français. Dans la Manche , elles étaient une vingtaine à Saint-Lô sous l'égide de la FDSEA de la Manche pour discuter avec les consommateurs et les élus de la problématique des prix et des revenus de leurs exploitations, qui représentent 100% des revenus de leurs familles et dont la baisse affecte au quotidien la vie de leurs foyers.

Détresse et déprime

"Les familles sont en détresse et déprimées " s'exclame la présidente de la commission Agricultrices de la FDSEA de la Manche, Catherine Guérault. Derrière le combat des agricultrices il y a une réalité : 60% des familles d'agriculteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté, "on souhaite pouvoir payer nos factures, nourrir nos familles " confie Martine, agricultrice dans le Sud Manche.  

8 jours de vacances par an

"Quand un agriculteur peut partir huit jours en vacances dans l'année, on l'appelle un "privilégié" " poursuit Martine "huit jours sur une année où l'on travaille du lundi au dimanche soir non-stop, je ne crois pas que c'est être privilégi é". Cet été, Martine n'a pas pu emmener ses deux enfants en vacances, son fils est resté pour s'occuper de l'exploitation "ça revient trop cher d'embaucher quelqu'un ". Une situation fréquente chez les agriculteurs, dont 60% des enfants ne partent pas en vacances.