Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fuite de données Facebook : au moins 211.000 utilisateurs français touchés

vendredi 6 avril 2018 à 15:47 - Mis à jour le vendredi 6 avril 2018 à 22:01 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Facebook et la Commission européenne confirment ce vendredi que les données personnelles de "jusqu'à 2,7 millions" d'Européens ont été récupérées par Cambridge Analytica. Au moins 211.000 utilisateurs français seraient concernés.

 "Jusqu'à 2,7 millions" d'utilisateurs européens de Facebook sont potentiellement concernés.
"Jusqu'à 2,7 millions" d'utilisateurs européens de Facebook sont potentiellement concernés. © Maxppp - Yui Mok

La Commission européenne confirme ce vendredi que les données personnelles de "jusqu’à 2,7 millions" utilisateurs européens de Facebook ont pu être transmises à l'entreprise Cambridge Analytica. Facebook a dévoilé jeudi le nombre d'utilisateurs concernés, par pays. Avec 211.667 membres touchés, la France ne fait pas partie des nations les plus impactées. 

87 millions d'utilisateurs concernés dans le monde

Au total, les données personnelles de 87 millions de membres Facebook dans le monde ont pu être compromises. Pour regagner la confiance de ses utilisateurs, Facebook a annoncé une série de mesures inspirées, en partie, d'une nouvelle législation européenne qui doit entrer en vigueur le 25 mai dans l'UE : le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD).

Cette législation imposera notamment à toutes les entreprises d'obtenir "le consentement explicite" des clients si elle veut transmettre leurs données personnelles à une tierce partie ou si elle veut en faire un usage autre que celui initialement prévu. Il y aura aussi "obligation pour celui qui utilise les données d'informer rapidement le consommateur d'une possible violation de la confidentialité, en exactement 72 heures", a détaillé M. Wigand, le porte-parole de la Commission européenne.

En cas de violation des règles, "il y aura un pouvoir de sanction renforcé pour les autorités de protection des données", a-t-il ajouté, précisant que les sanctions pourraient atteindre "jusqu'à 4% du chiffre d'affaires international de l'entreprise concernée".

"Possible" que d'autres failles soient découvertes

Ce vendredi, la directrice générale du réseau social, Sheryl Sandberg a admis que Facebook avait fait preuve de laxisme concernant la protection des données de ses utilisateurs. Selon elle, il est "possible" que d'autres failles de sécurité soient découvertes.

Dans la tourmente, Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a annoncé ce vendredi une série de mesures pour mieux contrôler les publicités, en particulier politiques, ainsi que certaines "Pages" très suivies sur le réseau.  "Dès maintenant, quiconque voudra diffuser des publicités politiques devra (...) confirmer [auprès de Facebook] son identité et sa localisation" a t-il indiqué dans un message publié sur son profil. Les publicitaires diffusant un message politique sur la plateforme devront également montrer aux utilisateurs la source du financement de leur campagne.

De son côté, Cambridge Analytica nie toujours avoir utilisé ces données dans le cadre de la campagne de Donald Trump.