Société

Fusillades à Copenhague : deux morts, un suspect abattu

Par Germain Arrigoni et Nathalie Delpeyrat, France Bleu samedi 14 février 2015 à 17:27 Mis à jour le dimanche 15 février 2015 à 22:56

Le bâtiment criblé de balles samedi à Copenhague (Danemark)
Le bâtiment criblé de balles samedi à Copenhague (Danemark) © @LineHolm1 - - Twitter

La police de Copenhague a abattu dimanche matin l'auteur présumé des deux fusillades qui ont fait deux morts et cinq blessés dans la capitale danoise samedi dans un centre culturel où se tenait un débat sur la liberté d'expression et près d'une synagogue. Deux personnes ont également été interpellées dans un cybercafé de la ville.

Un mois après la tuerie qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo en France, la police danoise a abattu un homme dimanche matin à Copenhague, quelques heures après deux fusillades qui ont fait deux morts et cinq blessés dans la capitale danoise.

Deux morts, un suspect abattu, deux interpellations

L'homme abattu venait d'ouvrir le feu sur les forces de l'ordre, a précisé la police, qui soupçonne cet individu d'être à l'origine des fusillades de samedi dans un centre culturel et près de la synagogue de Copenhague. L'échange de coups de feu entre l'homme et la police a eu lieu dans le quartier populaire de Nørrebro, où les autorités avaient placé un logement sous surveillance.

"À un moment donné, une personne qui pourrait liée à l'enquête est arrivée sur place" , a expliqué la police. Quand les agents ont apostrophé cet homme, "il a ouvert le feu"

Lors de la première attaque, samedi après-midi, un homme a criblé de balles un centre culturel où se tenait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression. La fusillade a fait un mort dans l'assistance, un homme âgé de 55 ans, et blessé trois policiers. Par la suite, des coups de feu ont retenti après minuit près de la synagogue de Copenhague. Une personne a été mortellement blessée à la tête, un policier a été blessé à la jambe et un autre au bras. 

A LIRE AUSSI > Fusillades à Copenhague : le tueur soupçonné d'avoir imité les attentats à Paris

VIDÉO. Les lieux après la fusillade (en anglais).

Alors que la police danoise a d'abord fait état de deux suspects en fuite à bord d'une voiture - retrouvée vide à proximité du lieu de l'attaque du centre culturel -, elle a affirmé samedi soir qu'il n'y avait qu'un seul assaillant . La photo de l'auteur présumé de la fusillade a été diffusée par les autorités. 

 

Dimanche après-midi, la police de Copenhague, en nombre et lourdement armée, a mené une opération dans un cybercafé près du lieu où a été abattu l'auteur présumé des deux attaques meurtrières. 

Au moins deux personnes ont été arrêtées , selon la chaîne de télévision TV2. "Cela fait partie de notre enquête" , a affirmé un policier à la chaîne de télévision publique DR.

"Même intention que Charlie Hebdo"

L'auteur des caricatures de Mahomet Lars Vilk participait au débat lors de la première attaque. L'artiste suédois avait suscité la controverse en 2007 par des dessins représentant le prophète Mahomet sous les traits d'un chien. Des menaces avaient été proférées par des groupes islamistes. Depuis, il fait l'objet d'une surveillance rapprochée pour sa sécurité.

 

 

L'ambassadeur de France au Danemark François Zimeray, présent sur les lieux,   a indiqué sur Twitter qu'il était "indemne" . "Ils nous tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer" , a-t-il déclaré à l'AFP.

 

 

La France condamne cette "attaque terroriste"

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné  "avec la plus grande fermeté " cette "attaque terroriste" .  De son côté, le chef de l'Etat François Hollande, a déclaré samedi dans un communiqué qu'il avait exprimé la solidarité de la France à la Première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt.

François Hollande*** s'est rendu dimanche après-midi à l'ambassade du Danemark à Paris pour particper à la manifestation après ces fusillades et pour "affirmer la solidarité de la France au peuple danois ainsi qu'aux victimes" . Le président de la République a déclaré que "les mêmes cibles" avaient été frappées samedi au Danemark et lors des attentats de Paris en janvier, évènements entre lesquels il y a "un lien qui n'établit pas un réseau mais une même détermination des terroristes"* .

 

De son côté, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu à Copenhague. Il a affirmé dimanche "la détermination à combattre ensemble, au sein de l'Union européenne, le terrorisme" .

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Copenhague après les fusillades - Reuters
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Copenhague après les fusillades © Reuters

"Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade (...) était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste" , a affirmé la chef du gouvernement danois. Le Premier ministre Manuel Valls   a rapproché cette attaque de celle de Charlie Hebdo qui avait fait 12 morts le 7 janvier dernier à Paris.