Société

Fusion des régions: le nord Franche-Comté penche pour l'Alsace

Par Aymeric Robert, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 23 juin 2014 à 6:00

Fusion Belfort image consultation
Fusion Belfort image consultation © Radio France

Selon notre consultation lancée le 11 juin, une majorité des votants (61,4%) préfère fusionner avec l'Alsace qu'avec la Bourgogne-Franche-Comté. Un chiffre qui cache une multitude de réactions, d'enthousiastes à franchement hostiles. Alors, êtes-vous plutôt historique, pragmatique, "franc-comtiste" ou légitimiste?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la place du nord Franche-Comté fait débat depuis l’annonce élyséenne - début juin - du projet de redécoupage territorial. Si dans le projet de l'Elysée, le nord Franche-Comté (Territoire de Belfort, Pays de Montbéliard et Pays d’Héricourt) semble voué à fusionner avec la nouvelle grande région Bourgogne-Franche-Comté (BFC), plusieurs voix se sont élevées pour privilégier un rattachement à l’Alsace.

Pour Michel Zumkeller, député UDI du Territoire de Belfort, les habitants "regardent déjà plus vers Mulhouse que vers Besançon" . Et selon Damien Meslot, le député-maire belfortain : "Si une grande région Bourgogne-Franche-Comté est créée, le Territoire-de-Belfort sera la dernière roue du carrosse." Et de dénoncer une "absence de concertation."

La carte des 14 régions proposée par François Hollande - Aucun(e)
La carte des 14 régions proposée par François Hollande
Pour en savoir plus sur l’avis des habitants du nord Franche-Comté, France Bleu Belfort Montbéliard a lancé le 11 juin, une consultation. Il ne s’agissait pas d’un sondage (mode déclaratif, pas de méthode des quotas...), mais d’une illustration du débat. Résultat: plus de 60% des votants sont plus attachés à l’Alsace qu’à cette future région BFC .

Consultation fusion Belfort Franche-Comté Alsace Bourgogne - Radio France
Consultation fusion Belfort Franche-Comté Alsace Bourgogne © Radio France
Vos commentaires sur notre site (voir ci-dessous) ou sur notre page Facebook illustrent en partie une polémique derrière laquelle se cache une multitudes de positions. Nous avons choisi de les classer en quatre familles: les historiques, les pragmatiques, les légitimistes** et le s "Francs-Comtistes". **

1 - Les historiques

Plusieurs partisans du rattachement à l’Alsace invoquent l’Histoire et notamment le Traité de Francfort dans lequel l’extrême sud-ouest du Haut-Rhin, autour de Belfort, fut laissé à la France et ainsi séparé du reste de l’Alsace. Un argument à double tranchant.

Noël Bardot: «Moi, je suis à 1.000 % pour être rattaché à l’Alsace, le Territoire de Belfort et une terre d’Alsace perdue en 1870.»

Gérard: «Historiquement, le Pays de Montbéliard rattaché à la France après la révolution Française comprenait Beaucourt, les seigneureries d’Héricourt, d’Etobon, Horbourg et Riquewihr en Alsace.»

Alain: «Historiquement et économique, il est vrai que le Territoire de Belfort était et est alsacien… ce n’est qu’administrativement parlant qu’il est devenu une entité particulière détachée de l’Alsace en 1871, et rattachée à la Région Franche Comté en 1956.»

Mais c’est aussi au nom de l’Histoire qu’une internaute trouve «ridicule d’amputer la Franche-Comté» .

Isabelle Lorédan: «Les Belfortains eux-mêmes avaient refusé de redevenir alsaciens (comme cela avait été prévu à l’origine, en cas de retour de l’Alsace dans le giron français) en 1918.»

2 - Les pragmatiques

Le droit spécifique alsaco-mosellan et la géographie font pencher la balance vers l’Alsace pour plusieurs d’entre vous.

Viviane Mornet: «Bien qu’étant bourguignonne, je dirai que la logique de proximité veut que ce soit plutôt l’Alsace…!!!»

Sandrine Matranga: «Alsace, si pas le choix, comme ça on bénéficiera des régimes de Sécu de l’Alsace et de la retraite, hihi!»

Grégory Nguyen: «Je préfère l’Alsace, car il ont des jours de congés en plus.»

Jocelyne Sellier: «Je réside juste à côté de l’Alsace à tout juste deux kilomètres et il est vrai que j’aime sortir plus en alsace qu’en Franche-Comté!!»

Sébastien Damotte: «Depuis Chaux, on est à 20 km de l’Alsace. Dijon, 250 km, donc c’est l’Alsace.»

Emmanuelle:  «La question de l’attachement est affective; alors oui, je me sens attachée à la Franche-Comté; la question de la fusion doit plutôt se poser sous un angle économique; alors oui, je pense qu’un rattachement avec l’Alsace est plus judicieux.»

D’autres en revanche range le pragmatisme du côté bourguignon

Anne Jeanroy: «La Bourgogne-Franche-Comté est déjà une réalité dans bien des domaines.»

3 - Les légitimistes

Dans cette famille, sans se prononcer sur la question de la fusion, on ne voit pas pourquoi le nord Franche-Comté subirait un sort différent du reste de la Franche-Comté.

Martin: «Pourquoi détacher la région de Belfort de la Franche-Comté? Quel intérêt de la dissocier pour attacher Belfort à l’Alsace? Belfort est un petit territoire mais reste tout le même dans la Franche-Comté.»

Alain: «Dans nord Franche-Comté, il y a bien Franche-Comté! Pas question de nous séparer du reste de la Comté!»

Vincent Tousch: «On parle de rattachement de régions et non de dépeçage…. Le territoire doit suivre sa région et non faire dissidence….»

Eric: «Je ne vois pas l’intérêt de cette «consultation»… Pire, elle peut même être néfaste. Il y aura toujours une personne, politique, journaliste ou autre, bien intentionnée capable d’utiliser les résultats de ce genre pour justifier tel ou tel avis. (…) Par ailleurs, la séparation du nord Franche-Comté n’est pas du tout à l’ordre du jour. Je ne vois pas l’intérêt de vouloir provoquer une tension sur un sujet sensible qui n’a pas lieu d’être.»

4 - Les «Francs-Comtistes»

Beaucoup d'internautes, les plus nombreux dans nos commentaires, refusent avant tout «de choisir entre la peste et le choléra» . Ils veulent tout simplement rester francs-comtois. Certains évoquent même une indépendance du nord Franche-Comté ou du Territoire de Belfort. Mais si la nouvelle carte de l’Elysée épargne certaines régions comme la Corse, la Bretagne ou le Nord-Pas-de-Calais, la Franche-Comté est jusqu’à nouvel ordre, promise à la fusion.

Cindy la Pouchotte: *«J’ai pas tout compris, c’est d’une fusion de région ou de département dont il s’agit dans la réforme! Le 90 est franc-comtois !! La Franche-Comté doit rester «entière» (comme toutes les autres régions). A ce compte là, tous les départements concernés par les fusions et qui sont trop loin des nouveaux centres demanderont leur rattachement à une autre région??? (…). C’est une fusion de région pas un démantèlement.**» «Le nord Franche-Comté doit surtout rester franc-comtois!!!». *

Colette Henry:  «Non, on ne souhaite pas l’Alsace!! Vous ne donnez que deux possibilités! Or, il en reste une troisième : que la Franche-Comté reste telle qu’elle est actuellement.»

Emmanuel Flaccus: «J’adore ces deux régions (Alsace et Bourgogne), mais je suis et je resterai franc-comtoise.»

Odette Sonet: «Pourquoi vouloir fusionner nos régions?»

Gisèle Vallon-Chabod: «Je veux rester franc-comtoise, non mais…….!!!!! Pourquoi devrait-on suivre comme des moutons tous ces bureaucrates? Où serait notre avantage à nous et pour notre si belle Franche-Comté? Que des dépenses inutiles pour notre région et pour nous…….!!!!!! Franc-Comtois, rends-toi! Nenni, ma foi! C’est compris ?»

Kévin NemKo Sponem : «Et si eu lieu de se résigner à choisir entre la peste et le choléra, on choisissait le patrimoine et la fierté? C’est-à-dire être 100% à voter pour ne rejoindre aucune région. J’ai lu que la Franche-Comté était une région à tendance indépendante telle que la Corse ou la Bretagne. On est plutôt des moutons en train de se résigner. Pourquoi toujours choisir entre les options qu’on nous impose? Le président n’est-il pas l’élu du peuple? Le principe de la démocratie? Ne doit il pas écouter le peuple avant de pouvoir donner un avis? Ou doit-on obligatoirement obéir à toute loi totalement absurde? J’ai lu une expression un jour, un peu grossière, disant «Différence entre dictature et démocratie? - Presque aucune. La dictature c’est ferme ta gueule et la démocratie c’est cause toujours.» Seule la forme change, le fond non.»

Marianne Baudrey: «Moi, je préfère que l’on garde notre belle Franche-Comté.»

Ségo_Lène: «Encore un truc où ce sera nous les bons gros dindons de la farce!!! Bizarrement, il touche ni les Bretons, ni les Basques, ni les Corses????? Hasard ou trouillard????»

Sandrine Matranga: «Heu, fusion on est obligé??? Je veux pas des escargots moi, ni des cigognes, juste de ma belle région et de ses traditions, après que vont devenir les emplois. Suppression de la préfecture donc de postes, suppression du conseil régional… Sera-t-on aussi bien desservis quand nous serons mis ailleurs??»

Pimouse: «Proposez une mini région Belfort-Montbéliard-Héricourt autonome sans une annexion de la Bourgogne ou de l’Alsace et vous aurez laissé l’ensemble des choix lors de votre consultation qui aujourd’hui propose uniquement un rattachement absurde a l’une ou l’autre qui nous bouffera. Le troisième choix proposé récoltera une majorité des votes, je suis sûr.»

Cédric Magyari: «France Bleu est-il le jouet de l’Etat???? Il apparaît clairement que les Francs-Comtois ne veulent ni de l’Alsace ni de la Bourgogne!!! Est-ce cela une radio proche de ses auditeurs ???? »

Christelle Colajanni Manguin : «Je ne veux pas être rattachée ni à la Bourgogne ni à l’Alsace !!! Terrifortaine et franc-comtoise, c’est tout !»

Quinquin1955: "Pourquoi ce gouvernement nous imposerait-il un rattachement qui ne nous convient pas, et un référendum, ça lui fait peur? pourquoi ne le fait-il pas?"

 

"Demander notre rattachement à la Suisse"

Rares sont les réactions des internautes invoquant l’argument économique si ce n’est Stefve qui ironise : "Le débat du rattachement étant orienté par le prétendu gain économique qui reste à démontrer dans son impact pour le particulier, je suggère que nous allions au plus riche, c’est-à-dire demander notre rattachement à la Suisse." Faire des économies, c’est pourtant la raison mise en avant par le gouvernement pour justifier la réforme. Une réforme qui passe mal

Partager sur :