Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

G7 : la Ligue des droits de l'Homme de l'Hérault dénonce l'arrestation de ses observatrices

-
Par , France Bleu Hérault

Trois bénévoles de la Ligue des droits de l'Homme ont été placés en garde à vue samedi soir. Elles participaient à une mission d'observation des pratiques policières lors du G7 à Biarritz.

Les trois bénévoles de la Ligue des Droits de l'Homme participaient à une mission d'observation des pratiques policières
Les trois bénévoles de la Ligue des Droits de l'Homme participaient à une mission d'observation des pratiques policières © Maxppp - Sebastien Lapeyrere

"Elles ne participaient pas à la manifestation puisqu'il s'agissait d'observateurs", s'agace Sophie Mazas, la présidente de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) de l'Hérault. Samedi, trois observatrices de l'association, dont deux Montpelliéraines, ont été placées en garde à vue pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations" en marge du G7 à Biarritz.

Les policiers auraient exigé qu'elles retirent leur matériel de protection, obligatoire pour les observateurs dans les procédures de la LDH, ce qu'elles ont refusé de faire. 

Pour l'avocate, cette arrestation dénote une volonté d'empêcher le travail d'observation lors des manifestations qui ont eu lieu samedi. "Ce motif d'interpellation est destiné à prévenir des gens qui ont du matériel pour détruire, explique-t-elle. Là, elles n'avaient pas cette intention ! Elles venaient observer, avec un mandat de la Ligue des Droits de l'Homme. Il y avait toutes les garanties. Là elles n'ont pas pu observer les manifestations, les sit-in, les pratiques policières. C'est vraiment des interpellations préventives en vue d'empêcher un travail d'observation des faits."

Les trois observatrices sont ressorties libres à l'issue de leur garde-à-vue dimanche soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu