Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gaillon : les jardiniers du terrain de golf pour rendre le "green" plus vert

A Gaillon (Eure), Guillaume Fleury et Antoine Alix sont les jardiniers du terrain de golf. Ils sont appelés les "Green Keeper". Ils entretiennent les 30 hectares de terrain tous les jours, soit l'équivalent de 60 terrains de football.

Guillaume Fleury (à gauche) et Antoine Alix (à droite) sont les deux jardiniers du golf de Gaillon. Avec passion, ils entretiennent 30 hectares de terrain tous les jours.
Guillaume Fleury (à gauche) et Antoine Alix (à droite) sont les deux jardiniers du golf de Gaillon. Avec passion, ils entretiennent 30 hectares de terrain tous les jours. © Radio France - Bradley de Souza

Rendre le "green"(zone finale où il y a le trou, ndlr) encore plus vert et plus lisse. C'est un peu l'adage des deux jardiniers du terrain de golf de Gaillon, Guillaume Fleury et Antoine Alix. "Là je viens de tondre la zone d’entraînement pour les gens avec un trou", explique Guillaume sur sa tondeuse. "On tend les green en général à 4 millimètres et on peut descendre jusqu'à 3,5 millimètres", poursuit le green keeper.

Un terrain vert et lisse

"Il faut se rendre compte qu'un particulier lorsqu'il tond, c'est 40 ou 30 millimètres. Donc nous on est vraiment très très ras. Il faut que ce soit un billard comme on dit", détaille Guillaume Fleury. Et pour l'aider à être précis, il peut compter sur ses machines. "On a plutôt des tondeuses à lames hélicoïdales. On a un cylindre avec 9,10 lames qui tourne et qui passe sur une contre lame. Et c'est le passage de la lame sur la contre lame qui coupe le brin".

La terre est nourrie, fertilisée. "Tous les quinze jours ou tous les mois les gens. C'est la zone la plus stressée, la plus sensible aux maladies. Donc en le fertilisant, il est moins sensible. On l'aère régulièrement aussi, on met des petits picots qui vont s'enfoncer, perforer le sol sur deux trois mètres de profondeur toujours pour activer la vie sous terre", détaille celui qui travaille depuis 14 ans sur le terrain.

Il en connaît les moindre recoins. "Et ça aide, je sais que sur le terrain 4, je dois passer par ce chemin par exemple", continue-t-il. "Il faut être précis, concentré et ne pas se tromper", réagit son collègue Antoine Alix. 

Guillaume Fleury explique la biodiversité qui règne sur le terrain de Gaillon.

Entretenir 30 hectares de terrain, ce n'est pas comme entretenir son jardin. "Cela représente 30 terrains de foot. C'est conséquent. Cela demande plus de temps, on arrive à faire des tontes tous les deux jours voire tous les jours sur les grandes compétitions pour les green par exemple", poursuit Guillaume Fleury.

Pas de répit pour les Green Keeper. Guillaume Fleury et Antoine Alix seront sur les terrains ce week-end pour rendre les greens encore un peu plus vert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess